Archives mensuelles : juillet 2005

Je dois vous faire une confidence?J'ai fugué?Je ne suis pas allé voir le « Cosi Fan Tutte » de Mozart mis en scène par Patrice Chéreau au Festival d'Art Lyrique d'Aix en Provence. Les critiques sont tellement mauvaises. Je n'ai plus l'énergie pour suivre trois heures d'un opéra rendu triste par Chéreau. J'ai donc voulu vendre ma place?à 50 euros !! Et là, j'ai provoqué une émeute dans la longue file des spectateurs en attente d'un billet?Que des petits bourgeois en manque d'Opéra (c'était caricatural?Ils m'ont sauté dessus comme des bêtes… lire la suite
Il est 20h et je me sens tout gai ! Le public se presse pour la première de Rui Horta, « Set up ».
Nous entrons dans une salle en forme de couloir, délimitée par des rideaux de chaque côté, dans une ambiance de house music. Une personne à l’entrée nous colle une étiquette avec un prénom (je m’appelle dorénavant Philippe !) Quelques personnes commencent à danser et je sens mon corps bouger…quand tout à coup…je reconnais Christiane, le mentor de mes débuts professionnels. Je suis très heureux de la voir… lire la suite
 

Il y a des soirées qui marquent un festivalier. On n’en ressort pas tout à fait pareil ; on se sent beau, ouvert, ému, moins seul et heureux de ce lien unique avec les artistes.

Je quitte Aix en Provence pour le château de Trets à 25 km. Comme toujours dans ces circonstances, j’ai  peur de ne pas trouver ma route. Arrivé sur les lieux, je découvre que les chaises sont posées à même le sol. Il y a de fortes chances pour que je ne voie pas grand… lire la suite

Il est 19h40 quand j’arpente la rue qui me mène à la Cité du Livre pour le spectacle du chorégraphe portugais Rui Horta quand tout à coup…un homme en costume revêtu d’un gilet orange fluo organise la circulation…Je reconnais Bernard Menaut et ses nouvelles « Perturbations chorégraphiques »!! Je suis d’autant plus surpris qu’il n’est pas prévu au programme de « Danse à Aix »

 

 Il a installé de chaque côté du trottoir des feux pour piétons et un dos d’âne pour ralentir les automobilistes…Comme d’habitude, le miracle se produit … Il… lire la suite

L’idée est séduisante : comment danser le « Désordre » ? (Titre de la pièce de William Petit, chorégraphe installé à Toulon). La plaquette de « Danse à Aix » me donne envie : « L’art de William Petit est fragmenté, heurté, il secoue. C’est un art de mises en relation, de confrontation. Très ouvert… ». Et pour finir de me convaincre TOTALEMENT : William Petit s’associe au Teatr Tanca de Poznan, une des structures de danse les plus courue de Pologne. L’Europe s’invite donc au Festival et je me prépare pour être bousculé (l’habitude d’Avignon,… lire la suite

Avant la prestation de Nathalie Pernette mardi soir,  le Directeur de « Danse à Aix », Patrice Poyet, nous invitait à venir nombreux le lendemain assister au spectacle de Thierry Baë…La démarche pouvait paraître étrange…En fait, il faisait la publicité de son propre spectacle…

 

Il est 19h30 et je me dirige vers le Centre Hospitalier de Montperrin où se produit Thierry Baë pour « Journal d’inquiétude ». J’ai du mal à quitter complètement le Festival d’Avignon. Je ne sors pas indemne de 15 jours de spectacles (je prépare d’ailleurs un écrit… lire la suite

Le Festival d’Avignon n’est pas fini et « Danse à Aix » commence…Mon amie Peggy est donc l’envoyée spéciale du Tadorne pour nous faire le compte-rendu du spectacle de Robyn Orlin et Vera Mantero! Merci à elle!!

Un signe de plus qui me dit: «  ma poulette, tu DOIS aller en Afrique du sud! ».
Robyn Orlin, chorégraphe d'Afrique du sud, s'associe pour le festival de danse à Aix à la chorégraphe portugaise Vera Mantero, pour un spectacle non spectacle, une création originale et réussie.
« Danse… lire la suite

 

Après le choc d’Avignon, il fallait oser voir « Flûte ! » de la « chorégraphe » Nathalie Pernette à Aix en Provence.

Danser une parodie de « La Flûte enchantée" de Mozart  avec des danseurs de Hip – Hop accompagnés d’un ensemble de « musiciens classiques » (le groupe Télémaque) s’essayant au sample,  est un pari risqué…que Nathalie Pernette relève avec…vulgarité ! Mise en scène affligeante, chorégraphie pauvre et approximative, multiplication des tableaux pour donner un effet zapping tendance. Les gags deviennent grotesques lorsque se croisent la musique classique et le Hip… lire la suite

 

 

Avant de quitter la 59ème édition du Festival d’Avignon, je me dois de revenir au Cloître Saint Louis pour revoir la performance de Jean Lambert ? WildMy story is not a loft») résumée ainsi :
«Jean Lambert-wild est enfermé dans un cercueil de verre. Sanglé sur un lit, entouré de peluches, alimenté par intraveineuse, il fait face à une télévision transmettant 326 chaînes. Un monnayeur permet à un spectateur, pour la somme de 1 euro, de… lire la suite

Drôle de fin ; drôle d’ambiance à 18h30 devant le Théâtre Municipal pour l’un de mes derniers rendez-vous avec le Festival. Certains spectateurs tentent (vainement) de vendre leur place pour « Le Roi du plagiat » de Jan Fabre. L’ambiance  à l’intérieur du théâtre est franchement morose et je ne me sens pas très à l’aise. J’ai l’impression que le public est abandonné ! C’est très étrange comme sensation…cela s’explique en partie par les violentes polémiques entre la Direction, les acteurs culturels et les journalistes sur le projet du festival ; débat… lire la suite