Archives mensuelles : janvier 2008

6ab4a98f1929f700812b759f0e8db92c-a9fce.jpgJ’ose une métaphore : imaginez un théâtre, Le Merlan, dans les quartiers nord de Marseille. Tout d'un coup, cinq chiens et leurs maîtres, un psychanalyste (Jean-Pierre Lebrun) et un philosophe (Dany-Robert Dufour), tout habillés en noirs, envahissent la scène, tel un coup d'état, une attaque terroriste. Pendant plus d'une heure quinze, le public est prié de la fermer, de subir les délires trotskystes et paranoïaques (c'est lié) des deux compères qui se croient au Collège de l'Internationnale pour débiter leurs jeux de mots foireux et leurs raccourcis sur « Le marché… lire la suite

Perché sur sa chaise à l'entrée de la salle comme au temps joyeux des barricades, le Directeur du Théâtre de Cavaillon nous prévient :
1- Nous pourrons circuler librement au cours de la représentation.
2- Nous pourrons nous inscrire pour le lendemain à l'atelier du regard animé par « l'excellent journaliste et critique de danse Gérard Mayen ». Il posera des mots sur nos ressentis. La parole est donc une affaire de spécialiste.
3- Nous devons éteindre nos portables, même en situation de crise financière, qualifiée de « bonne nouvelle ».… lire la suite

Ce mois de janvier réserve décidément quelques surprises. Après le prometteur Thomas Ferrand au Centre Chorégraphique National de Montpellier avec son théâtre si singulier, c'est au tour du Théâtre Antoine Vitez à Aix en Provence, niché au c?ur de l'Université, de surprendre avec « Insupportable mais tranquille » de et par Danielle Bré.
insupportable.jpgHuit personnes, réunies le temps d'un repas, se parlent doucement, s'engueulent, puis poussent la chansonnette dans un huit clos à la fois enfermant et libératoire pour « une évocation anthropologique des classes moyennes en France aujourd'hui… lire la suite

20070520-212740-1Web.jpgLe Théâtre des Bernardines convie le public marseillais pour cinq représentations. « Cinq », la nouvelle chorégraphie de Geneviève Sorin est en haut de l'affiche. Quatre soli et un quartet final sont accompagnés par cinq morceaux d'accordéons joués par la chorégraphe en personne. Ce chiffre décliné à l'infini est un repère pour s'accrocher et ne pas sombrer. Je compte les plans-séquences, je cherche le moment de poésie qui va me propulser au-delà de ces solos sautillants, qui finissent par tourner sur eux-mêmes, comme des vieux manèges où les enfants décident… lire la suite

Quelle étrange coïncidence ! Après «la politique de civilisation» d’Edgar Morin récupérée par Nicolas Sarkozy, le Centre Chorégraphique National de Montpellier invitait le public à débattre sur «l’émergence dans le spectacle vivant». En introduction, Thomas Ferrand présentait sa dernière création, «Idiot cherche village », oeuvre en émergence par excellence. Or, l’émergence est un des concepts développés par Edgar Morin dans sa théorie de la complexité. Tout est donc lié.
Jean-Marc Adolphe, Directeur de la Revue « Mouvement », animait cette… lire la suite

undefinedAvec plus de 125 spectacles vus en 2007, j'ai approché les institutions culturelles en France et quelques unes en Europe. Proposer un palmarès est un hommage à ces professionnels engagés qui, avec talent et détermination, accompagnent le spectateur dans des « entre-deux » salutaires et souvent périlleux.
Je salue « Le Sculpture Projetct » de Munster en Allemangne. Tous les dix ans, de nombreux artistes sont invités à y exposer leurs ?uvres (en extérieur) dans toute la ville. Accueil excellent, médiation passionnante, projet global qui relie l'art et la… lire la suite

Ils se sont donc emparés de notre époque pour nous en offrir une lecture décalée, parfois drôle, souvent émouvante.
undefinedAriane Mouchnkine a fait l'événement l'été dernier au Festival d'Avignon, avec « Les éphémères ». Plus de six heures trente d'un voyage au c?ur d'un lien social, de plus en plus invisible médiatiquement, mais mis en lumière par le Théâtre du Soleil avec poésie. Sans aucun doute, le spectacle le plus authentique, car le plus résonant. Inoubliable (voir photo).
D'autres créateurs ont décrit notre époque avec des angles… lire la suite

Maguy-Marin-1.jpgCes dix ?uvres furent essentielles en 2007. Elles tissent la toile fragile d'un patrimoine chorégraphique d'où se dégage un humanisme qui donne sens à notre quête d'absolu dès que nous entrons dans un théâtre.
« May B » de Maguy Marin (cf. photo) a repris la route en 2007 après avoir été créée en 1981. Avec cette pièce intemporelle, la danse nous invite au c?ur de l'humanité pour continuer à défendre la « terre patrie » si chère à Edgar Morin.  Je ne peux m'empêcher d'y voir une filiation avec… lire la suite