Il me faut atterrir après l’incroyable prestation du danseur Dimitri Jourde vu la veille dans « It’s only a rehearsal« . En me dirigeant vers le Théâtre des Hivernales d’Avignon, je repense encore à ce spectacle norvégien comme si la danse continuait à faire ses effets. C’est dans ce contexte pour le moins étrange que Brunot Pradet et sa compagnie  me proposent « Reproduction interdite », ou l’histoire de cinq personnages dans « l’effervescence d’un heureux événement ».

Il s’agit de nous inviter à penser et à rire sur l’aventure de la transmission de la vie. Deux femmes, trois hommes vont décliner ce processus par différents tableaux. Une marionnette (symbole de l’observateur, du tiers, du médiateur) danse au début, s’assoit ensuite puis devient finalement un élément de décor. Sa place me semble révélatrice de ce spectacle : Bruno Pradet ne va jamais jusqu’au bout de son propos.  On passe d’un tableau à l’autre avec un goût d’inachevé. Quand au début, le langage se fait musical, on se met à rêver que cela puisse continuer jusqu’à la fin. Mais le français revient pour finalement s’inscrire dans un registre de café théâtre. Alors qu’un musicien joue avec une contrebasse, il abandonne petit à petit son instrument pour se fondre dans le groupe. Lors de la première scène, la danse paraît s’articuler assez joliment avec l’histoire (elle est langage à part entière). Progressivement, elle illustre plus qu’elle ne dit. De métaphore signifiant le sens, en métaphore caricaturant le non-sens, je souris parfois (saluons la créativité de Bruno Pradet pour être drôle par surprise), je m’ennuie souvent (quand la chorégraphie peine à donner de la danse).
« Reproduction interdite » est un spectacle qui empile plus qu’il ne relie. Pourtant, je me surprends à soutenir la démarche de cette compagnie : par effet de comparaison avec le reste de la programmation, Bruno Pradet réussit à nous faire rire là où beaucoup se sont trop pris au sérieux.


 « Reproduction interdite » de Bruno Pradet et Compagnie, a été joué le 3 mars 2007 dans le cadre du Festival « Les Hivernales » en Avignon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *