Archives mensuelles : novembre 2008

La crise sociale menace. Le PS se clive. La laïcité se fragilise. La démocratie vacille. Pendant ce temps, le théâtre français roupille avec Jean-Louis Benoit et son poussiéreux « De Gaulle en mai ». Le français Jean-Pierre Vincent est bien seul avec son « Silence des communistes », Joël Pommerat peine à nous faire trembler tandis que Stanislas Nordey fait du neuf avec du rance. En attendant, le flamand Guy Cassiers percute avec « Mefisto for Ever » (mais combien de théâtres auront -ils osés ?) et les Japonais s’immergent… lire la suite

En validant mon ticket, un homme me tend un livret, « Six mois, un lieu », à la place de l’habituel prospectus. Le lieu, c’est le Centre Chorégraphique National de Montpellier. Six mois, c’est la durée que se donne Xavier Le Roy (chorégraphe associé pendant deux ans) pour inviter des artistes et stopper momentanément leur « nomadisme ». Il s’agit de prendre le temps de « remettre en question cette vie liquide qui devient la norme de notre société contemporaine, nous poussant à toujours plus de mobilité, de flexibilité, à changer, à… lire la suite

Une envie simple. Celle de recroiser le regard d’Ambroise Tézenas, jeune photographe primé en 2006 lors du « Leica European Publishers Award for Photography », pour reconnaissance d’un formidable travail d’images saisies à Pékin. A l’époque, je n’avais pas retenu le regard sociologique dépeint dans cette ville en pleine activité précipitée pour accueillir les JO de 2008. J’avais gardé le souvenir d’une lumière qui émanait de ces clichés où la luminosité du soleil faisait foi sur une réalité de chantier, d’une projection d’identité offerte plus tard au monde.… lire la suite

Cela commence par une blague. Sorte d’entrée en matière décalée pour les cinq Dramuscules de Thomas Bernhard (drames minuscules). Le rideau tombe sur la scène, recouvrant les éléments épars sur le sol, comme pour nous terrasser. Avec le Cabaret tg STAN, le rideau ne s’ouvre pas !  

Avec «  »Sauve qui peut » pas mal comme titre », tg STAN reconsidère la place de l’individu dans la société, à partir d’une alternative : voir ailleurs si tout est mieux, ou bien rester, pour faire face… lire la suite

Nous vivons dans un monde d’image, où nous subissons le plus souvent l’absence d’esthétique, presque résignés. Mais à  l’ère du numérique, nous en produisons nous-mêmes, pour tenter de démocratiser le regard de tous. Certes, nous capitalisons l’image, mais dans quel espace et sur quel support ? C’est ainsi que l’Art Vidéo joue sa fonction, comme tente de nous la faire ressentir, l’exposition « Vidéo, un art, une histoire (1965-2007) » au Musée Fabre de Montpellier.

Ces arts visuels de toutes les époques  du XXe sont pour moi le plus… lire la suite



Bouleversé. Transpercé. Bousculé. J’applaudis alors qu’une bonne partie du public se lève, sans un regard pour les artistes, maugréant des analyses incompréhensibles. Bienvenue au Théâtre de la Ville, sanctuaire de la danse parisienne, un lieu aussi inamical qu’un congrès du Parti Socialiste.
Avec « la danseuse malade », Jeanne Balibar et Boris Charmatz démontrent ce que l’on omet trop souvent: la danse est un art difficile, engageant, qui déforme, tord, essore, décolle, plie. Distancié de deux rangs seulement, je suis ébloui au sens propre, comme au figuré : rarement la… lire la suite
En réponse à l’article « En attendant Barack » où je m’étonnais de la morosité de la rentrée théâtrale à Marseille, les lecteurs du Tadorne ont réagit pour s’inquieter de ma santé mentale et physique. Je le reconnais volontiers : si j’ai largement décris mes échapatoires, je n’ai pas suffisament illustré mon ressenti par quelques éléments du contexte.
Lionel Vicari
l’a fait. Animateur à Radio Grenouille, libraire, il nous propose une analyse des programmations 2008-2009. Le débat est donc ouvert.
Pascal Bély.



Théâtre National de la Criée de Marseille :… lire la suite

Iriez-vous dans un jury régional comme spectateur pour participer à la sélection de deux danseurs parmi onze audités dans le cadre d’un concours national, « Talents Danse », organisé par l’ADAMI? Quand la Compagnie Kelemenis, mandatée pour coordonner l’audition à Marseille, m’a contacté, je n’ai pas hésité une seconde : c’est oui ! Il y avait dans cet accord, un désir : évaluer mon regard de spectateur après trois années d’écriture sur le blog et ressentir le contexte de la danse contemporaine, à partir de cette modeste audition. Car « Talents… lire la suite


Où voir du théâtre ce soir, à Marseille, alors que la plupart ne proposent quasiment rien en cette période de vacances « s©olaires » ? Une librairie « l’Histoire de l’?il » relève le défi. Située dans le quartier de « la plaine », elle donne du relief à cette soirée qui s’avérera bien morne par la suite.

En arrivant, nous sommes une vingtaine à patienter tout en compulsant frénétiquement les livres posées sur les présentoirs. L’objet occupe toute sa place : se nourrir, se remplir, absorber. Toucher, il faut toucher… Rares… lire la suite

« Ceci, il ne faut pas le rater », « Lui, il faut aller le voir », « Là, c’est si génial ». Je bouillonne à l’idée de vous faire partager mes coups de foudre théâtraux pour qu’ils résonnent dans le contexte chaotique de ce mois de novembre.

En finir avec l’ère Bush
Cap sur le Japon avec une ?uvre qui restera un choc esthétique pour longtemps. C’est à Paris, dans le cadre du Festival d’Automne. Lui, c’est Toshiki Okada, jeune metteur en scène découvert à Bruxelles en 2007. Avec… lire la suite

Page 1 sur 212