Des adultes accroupis, repliés sur eux-mêmes, éloignés les uns des autres, mains fermées sur le visage. Debout, des enfants les observent. Ils s’avancent vers chacun d’eux, les prennent par la main et les mettent délicatement en relation. Ces adultes aveugles sont guidés par des enfants-lucioles. Ils forment à présent un cercle autour des petits qui, par ses mouvements de va-et-vient, miment une bouche souriante ou une respiration. C’est une danse. Une procession célébrant la joie retrouvée, sous forme de recherche d’eau. Elle devient frénétique, des cris retentissent. On entend la voix du chorégraphe Philippe Lafeuille : « Le groupe du bonheur regarde le soleil ! ». Le soleil, c’est l’autre groupe. Une enfant-ours avance à genoux, grognant, geignant, et entrainant avec elle une véritable meute qui figure la force du collectif.

« – C’est fou, s’exclame une participante… ! 

– Comment tu fais le fou-fou ? »

En réponse à cette réplique de Philippe, elle prend alors un voile qu’elle fixe sur sa taille, entame une danse traditionnelle, libérant une charge émotionnelle qui semble contenue depuis très longtemps. Cette libération tant attendue contamine l’ensemble : femme enceinte, personne âgée, bébé, enfants. Les mots de Philippe Lafeuille donnent à chacun des acteurs la force d’exister, là, sous ce chapiteau, au milieu des regards d’inconnus. La vulnérabilité, les blessures, visibles par endroits, s’inscrivent dans cette dynamique, comme chez cet enfant hyperactif devenu « petit poids sauteur » joyeux, ou chez cette femme, que la fatigue due à la chaleur et au ramadan n’empêche pas de danser, encore et encore. Dans les yeux, dans les gestes, avec force et intensité : « Nous existons ! »

IMG_3594

Nous sommes au Magic Miror, village du Festival Off d’Avignon, pour l’Offinité n°2. Cette nouvelle journée accueille des parents-enfants de la ville de Vitrolles, principalement des femmes avec leurs enfants de 2 à 10 ans. Elles sont accompagnées pour l’occasion des travailleurs sociaux, professionnels de la parentalité, qui les suivent au quotidien, réunis dans le réseau Vitrolles Réseau Familles. Des professionnels donc, mais aussi des bénévoles, tous immergés pour l’occasion dans le processus de la journée, qui consiste à vivre avec ces familles deux spectacles du Off ponctués de moments d’échanges. Avec l’équipe des Tadorne (Pascal Bély, Sylvie Lefrère, Sylvain Saint-Pierre), ils articulent leurs ressentis esthétiques et ce qu’ils vivent au quotidien.

Dès le matin, elles sont arrivées en Avignon chargées de soucis du quotidien et de sourires timides, mais aussi de sacs à dos remplis pour la journée. Elles, pour qui c’est le premier Festival et peut-être les premiers spectacles. Leurs yeux brillent déjà à l’idée de vivre cette journée, même si certains à cause du ramadan avaient eu une nuit courte.

IMG_3590

Sur le chemin conduisant au premier théâtre, les enfants ont les yeux grands ouverts et les mains tendues pour effleurer joyeusement les affiches ou saisir les tracts. Ils récoltent pour se souvenir, garder une trace. Deux petites filles portent le lourd catalogue du Off pour choisir à la maison avec leur grand mère et revenir ; déjà l’envie d’un retour…

montagne-uwbf

La montagne écrit par Aurélie Namur, mis en scène par Florence Bernad, va nous entrainer dans un voyage initiatique. Comment deux êtres différents, un ours et une biche, vont cheminer sur un territoire, en se fédérant par la confiance. La danse de Mickaël Frappat oscille sur la scène couvrant les moindres espaces. Notre imaginaire scrute à travers les branchages et monte sur le mur d’escalade. La douceur du plateau enveloppe les spectateurs adultes et enfants dont les corps, tendus, droits, sont à l’écoute. Alors que la pièce évoque un monde séparé en deux par l’autoroute A7, comment ne pas faire de lien avec ces spectateurs venus de Vitrolles, ville elle-même coupée en deux par cette voie rapide et longtemps clivée politiquement ?

splach1

L’après midi, « Splatch » de la compagnie « Les déménageurs associés », va agir comme un rafraichissement. Les jeux aquatiques, tout en lâcher prise, conduisent les spectateurs sur une petite embarcation imaginaire, les faisant naviguer face à ces deux femmes clowns.

Tout au long de la journée jusqu’au moment avec Philippe Lafeuille, Tadornes, familles, professionnels de la parentalité, nous avons travaillé le geste comme sens et comme «soin» : prendre soin de l’autre, lui accorder de l’attention, s’associer à son mouvement propre, adoucir ses peines, lui faire éprouver de la joie.

Nous nous quittons les yeux brillants, en ayant le sentiment que cette journée est passée trop vite. Après la qualité intense de ce vécu, comme des enfants, nous voulons déjà recommencer, encore et encore.

Toutes les villes devraient créer des dynamiques comme celle ci pour sa population.

L’art vivant nous offre la possibilité de vivre ensemble, en créateurs.

L’art politique et intime dans un même mouvement.

Sylvie Lefrère – Sylvain Saint-Pierre  – Tadornes

« Parents, enfants, que voyons-nous ensemble? » a été présenté dans le cadre des Offinités du Tadorne le 12 juillet 2014. Prochains rendez-vous:

Le 14 juillet, « le OFF des spectateurs passionnés »: ils sont infatigables, engagés, explorateurs, curieux et le feront savoir. Rendez-vous à 9h à Utopia.
Le 16 juillet, « le vrai OFF des manageurs et des chercheurs »: ils animent des équipes, bâtissent des projets, cherchent dans des univers complexes et s’inspirent des esthétiques théâtrales. Rendez-vous à 9h au Village du Off.
Le 18 juillet, « Le bel OFF du lien social »: enseignants, travailleurs sociaux, éducateurs, créateurs ….L’Humain est leur quotidien, l’art est leur outil pour donner voir de prés et de loin. Rendez-vous à 9h au Village du Off.
Le 20 juillet, « Spectateurs étrangers, spectateurs français: croisons nos regards ». Le OFF, premier festival de théâtre au monde, fera entendre une vision croisée de la création contemporaine française et étrangère. Rendez-vous à 9h au Village du Off.
Le 22 juillet, « Le grand écart du OFF »: les uns ne voient que du théâtre; les autres que de la danse. Et si on inversait? Rendez-vous à 9h au Village du Off.
Le 24 juillet, « Le OFF est-il IN? »: les uns vont au In et au Off, les autres vont au Off et au In. Écoutons nos curiosités. Les cloisons sont étanches! Rendez-vous à 9h au Village du Off.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *