Nous sommes quelques-uns à trébucher : on ne pénètre pas dans un espace d’art comme dans un supermarché. À l’entrée de la Sucrière, les rideaux de théâtre colorés d’Ulla Von Brandenburg (« Kulissen») nous accueillent sur des planches légèrement surélevées. Il faut en soulever plusieurs pour découvrir la nouvelle scène de l’Art Contemporain imaginée par la commissaire argentine Victoria Noorthoorn. D’entrée de jeu, c’est un choc. Je butte sur la citadelle imprenable de Robert KusmirowskiStronghold»), seulement visible du premier étage (j’y reviendrai dans un prochain article). Sur ma droite, les 55 cercueils en bois du Camerounais Barthélémy ToguoThe Time») me font reculer. A quelques mètres, une vidéo de la performeuse sud-Africaine Tracey Rose fait entendre sa version déraillée de l’hymne israélien à la frontière avec la Palestine. Ce comité d’accueil me propose trois impasses: l’Europe citadelle, l’Afrique enterrée et Israël bunkerisé.

 vonbrandenburg-05_thumbnail.jpg

En quelques minutes, je ne suis déjà plus le même visiteur : le monde est un théâtre et il en va de ma posture, de mon regard, de ma capacité à ressentir tout en me distanciant pour en penser un autre. Il me faut changer de focale, relier l’intime et le global pour accueillir les propositions de cette  Biennale de Lyon qui célèbre le changement de civilisation (celle de la révolution écologique). Elle  me propose un itinéraire passionnant où mon lien à l’art est une métaphore de mon rapport à la complexité du monde: je ne sais rien dans la réduction, mais de mon étonnement peut surgir la pensée créative. Retour sur les nombreuses propositions de cette Biennale inoubliable. Mon Nouveau Monde.

lima-19.jpg

Combien de fois  suis-je revenu vers la performance de Laura Lima (« Puxador »)? Je ne sais plus. Avec des sangles attachées aux piliers,un homme nu tente d’avancer. C’est le gladiateur des temps modernes. Sa force, sa danse ouvrent l’architecture. Il défie l’ordre établi. Je tourne autour de lui : il est mon centre de gravité. Notre relation est mon pilier. C’est elle qui me fait voir l’espace autrement. Les poèmes d’Augusto de Campos écrits sur le mur blanc l’enveloppent. Certains visiteurs le prennent frénétiquement en photo, comme s’ils avaient peur. Je l’affronte pour me confronter. L’art a du corps et je divague : les murs de la Sucrière sont élastiques?

eduardo.jpg

J’y vais. J’enlève mes chaussures pour découvrir l’installation d’Eduardo Basualdo (« El silencio de las sirenas »). Une eau rouge surgit d’un trou. Ici aussi, le centre de gravité est déplacé. Un monde à l’envers. Mes pieds ressentent la rugosité, la douceur, dessinent l’espace de cet univers lunaire qui porte les stigmates de la Terre malade.

Me reviennent les images du dernier film de Lars Von Trier (« Melancholia »). Je suis sur Melancholia, planète imaginée par le cinéaste qui entre en collision avec la Terre. D’autres visiteurs se déplacent et je sens que je ne sais plus avancer. Il me faut réapprendre à marcher, à voir autrement ce qui m’entoure, à oser m’approprier ce territoire inconnu. J’hésite, car je ne sais pas interpréter les sensations de mon corps. Il est «extra-terrestre» et ses messages me troublent. C’est terriblement beau, émouvant, captivant. Le nouvel ordre écologique est sur cette planète étrange où l’eau se retire et revient pour qu’entre temps, l’habitant se fasse à l’idée qu’il ne contrôle rien, mais que son corps peut lui apprendre à relier ce qui est dispersé.

amont-bock-24.jpg

Ainsi troublé, je découvre interloqué les céramiques de Katinka Bock. Pourquoi y vois-je des corps piétinés? Pourquoi l’émotion me gagne-t-elle? Pourquoi ces sculptures font-elles chair ? Je me couche pour les approcher autrement : elles sont traces, démembrées. De leur énergie, nait ce désir de recoller les morceaux d’une humanité en miettes au moment même où certains visiteurs sont à deux centimètres de les piétiner. Leur force est d’être posées là, dans un couloir à peine éclairé, sur ce sol de béton. Immédiatement, une  relation intime avec l’artiste s’installe parce que la fragilité y est célébrée. Ici aussi, la matière provoque un corps à corps somptueux.

beckett-thomas-04.jpg

Rien ne laisser présager un théâtre. Toutes les vingt minutes, Daniela Thomas propose une mise en scène de «Breath» de Samuel Beckett, sa pièce la plus courte (24 secondes). Des détritus à peine éclairés jonchent le sol tandis qu’un cri mi humain, mi-animal résonne comme un souffle vital. J’imagine alors l’homme nu et ses sangles marchant sur Mélancholia pour y laisser ses traces rupestres.

Rien le laisser présager que ce jour-là, mon imaginaire soit du voyage.

Pascal Bély , Le Tadorne.

Les autres articles sur la Biennale 2011:

Bloc Notes / Urgent, la Biennale de Lyon perd ses plumes.

Tu n’as rien vu à la Biennale de Lyon

La Biennale de Lyon donne le vertige.

Arnaud Laporte de France Culture se moque de La Biennale de Lyon.

 

Toutes les oeuvres mentionnées dans cet article sont à voir à la Sucrière dans le cadre de la Biennale d’Art Contemporain de Lyon jusqu’au 31 décembre 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *