Après cinq années d’écriture sur le Tadorne où j’ai travaillé mon positionnement de spectateur, le projet de Marseille, capitale européenne de la culture en 2013 s’est imposé comme une évidence. Au coeur de la démarche, des oeuvres participatives irrigueront la programmation et le territoire d’Arles à Toulon. Le spectateur sera acteur. Sera-t-il Tadorne?

Dès septembre 2009, la question de déposer un projet émerge. Mais l’intimidation est encore grande. Il faut cheminer. En janvier 2010, la décision est prise: j’ai six mois pour rédiger une proposition. Des rencontres avec des artistes et des professionnels ont été déterminantes (merci à eux) pour clarifier mes intentions et m’encourager. Des amis écoutent, reformulent, soutiennent (merci et encore merci).

Le projet est ici, en ligne. Il s’articule autour d’un triptyque spectateurs Tadorne, le partage des médiateurs et le réseau des blogueurs de la cité radieuse.

Après le dépôt du projet le 30 juin 2010, je poursuis aujourd’hui mes réflexions; je noue des contacts qui me permettent d’amplifier le sens du projet.

logoMP.jpg

Parce ce que cela n’arrivera qu’une fois dans ma vie. Parce que c’est Marseille. Parce que l’utopie, c’est un désir en mouvement.

Et vous savez à quel point, cher lecteur, la question du mouvement est capitale sur ce blog.

Pascal Bély – Le Tadorne

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *