Avec Anne Lopez et sa compagnie « Les Gens du quai », j'ai scellé, lors du processus de création de « Duel », un pacte basé sur une entente artistique et humaine alors que ses deux pièces précédentes avaient fait l'objet d'un retour sur ce blog. Il m'apparaît intéressant aujourd'hui, de questionner l'évolution de son écriture chorégraphique. « Duel », marque-t-il un virage, un tournant dans son parcours de chorégraphe ?

Délaissant les objets et autres artifices scéniques, le corps est omniprésent pour une mise en scène incluant  différentes formes de combat dualistique : western (premier tableau qui colle à la peau comme le soleil dans les plaines d'Arizona), bagarre de rue (style West Side Story), combat chevaleresque (digne d'un Monthy Python, ce tableau mêle fantaisie et ironie). La force mystique a même sa place, pour défier par honneur l'être suprême. Le corps n'est pas écrasé par les images de ciels orageux en arrière-fond, autre vecteur communiquant invitant l'imaginaire à dresser son cadre de représentativité.

Puis, parcimonieusement, le message d'Anne Lopez se distille pour monter en puissance. Elle convoque toutes formes de combats pour constater qu'aujourd'hui, dans une société globalisante, le pouvoir a pris le pas sur l'honneur jusqu'à guider l'homme à opprimer son semblable. Ichem Belhaj, l'un des cinq interprètes, incarne l'honneur pour ne pas tomber dans la folie meurtrière. Il crève littéralement le plateau de par sa présence et répand sa danse généreusement.

Finalement, l'écriture chorégraphique d'Anne Lopez a gagné en maturité. Tout à la fois « déjantée », (c'est la marque de fabrique de la compagnie des « Gens du quai »), elle n'en est pas moins intelligente, voire savante. Les tableaux s'imbriquent, s'enchevêtrent sans jamais se perdre et nous perdre. L'optimisme qui naît à chacune de ses créations, se lit ici lors de la scène finale. Alors que les danseurs tirent leur propre ficelle, tels des marionnettistes, ils nous invitent à la bataille, pour que notre honneur nous donne le pouvoir d'être le seul maître de notre vie. Une belle morale à mettre en exergue.

« Duel » est une pièce qui fait mouche, amusant le spectateur tout en le questionnant sur la nécessité de mener des combats dignes de ce nom.

Laurent Bourbousson – www.festivalier.net

 

« Duel » d’Anne Lopez a été joué les 17 et 18 novembre 2010  au Théâtre de l'Odéon ? Nîmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *