[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=cmXP2liLj4o&w=425&h=344]

La compagnie Epiderme, de la région Rhône-Alpes, a installé son laboratoire de fortune pour seize jours au studio des Hivernales. « Métaphormose(s) » semble être un titre à tiroirs et l’on s’amuse à le décomposer : métaphore, métamorphose, osmose, méta… Et l’on pense à Kafka et rien qu’à lui. Le choix du titre n’est donc pas anodin.

 Plongé dans l’obscurité la plus totale, nous sommes conviés au jeu de la perception. La vue se trouve altérée avec une succession d’ombres et de lumières permanent. Est-ce une contrebasse ou le corps d’un homme, est-ce un ventre qui parle ou une forme indéfinie venue de l’espace, court-il ou fait-il du surplace?  Tout à la force d’être un et son contraire. Mais après? Les réflexions qui alimentent les tableaux tournent en rond annonçant une fin téléphonée, celle de l’effacement du corps du danseur.

Je décide de fermer les yeux et métamorphose à souhait ce spectacle jusqu’à sa disparition totale de ma mémoire.

Laurent Bourbousson – www.festivalier.net


« Métaphormose(s) » par la compagnie Epiderme (Nicolas Hubert) aux Hivernales dans le cadre du festival Off d’Avignon jusqu’au 26 juillet 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *