Ce dimanche après-midi, la température est devenue folle sur Avignon (39°). Je lis sur le visage des festivaliers la fatigue liée à cette canicule historique. Dans ce contexte, « Gens de Séoul » tombe très mal. C'est une pièce japonaise d'Oriza Hirata, surtitrée et mise en scène par Frédéric Fisbach.
Sur une petite scène, en dispositif bi-frontal, seize comédiens jouent la vie d'une famille japonaise installée en Corée. Nous sommes en 1909 et la ville de Séoul s'apprête à être totalement annexée par le Japon. On se croirait dans un salon de thé où l'on reçoit à intervalles réguliers des visiteurs.  L'observation de cette famille aurait pu nous faire ressentir ce contexte, et le processus complexe de la colonisation. Or, à mesure que les deux heures du spectacle s'écoulent, le public sombre dans la torpeur. Rien n'est fait pour l'aider à saisir la finesse de cette écriture. La scène est beaucoup trop réduite: elle concentre sur quelques mètres, le jeu relationnel de cette famille en proie à des conflits les plus souvent insidieux. Cela demande une attention constante, perturbée par la lecture en continu des surtitrages.
Pour compliquer définitivement le tout, Frédéric Fisbach nous donne à voir un jeu dans la pièce. Tous les protagonistes qui ne jouent pas circulent autour de la scène, élaborent des affiches qu'ils placardent contre les murs latéraux. Des images vidéo se projettent sur ces dessins. Il se joue donc quelque chose que le texte ne dit pas. La multiplication des points de vue finit par épuiser le spectateur. Je n’arrive plus à relier et je m’agace de ces mouvements ampoulés, rigides. Fréderic Fisbach sous-estime les effets d'une telle mise en scène sur le public. Je souris a à la lecture d'une interview pour le Festival d'Avignon : « Je m'appuie beaucoup sur son écriture (celle d’
Oriza Hirata, NDLR)
, mais je cherche à la pousser à bout en la plaçant dans un système qui ne lui ai pas adapté. C'est une façon de la tordre un peu. ». A ce niveau de suffisance, le public japonais finit par partir au bout d'une heure.
Quant au public français, il aura l'honneur de retrouver Frédéric Fisbach comme Directeur associé du Festival en 2007. Nous n’avons pas fini de nous tordre le cou.

Pour réagir, cliquez ci-dessous sur « ajouter un commentaire« . Une fenêtre s’ouvre alors. Tapez votre texte puis recopiez les trois lettres qui vous sont proposées dans la petite case. A bientôt de vous lire.
Pour revenir à la page d’accueil, cliquez ici.


Le  bilan du Festival d’Avignon 2006, c’est ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *