Le Festival Montpellier Danse nous invite à découvrir Radhouane El Meddeb, jeune chorégraphe tunisien, mais aussi comédien dans son pays et en France auprès de Jacques Rosner. Deux de ses créations nous sont proposées : « Pour en finir avec moi » et «Hùwà» qui, à l'instar de Nacera Belaza, traduisent une recherche personnelle.
«Pour en finir avec moi» est un solo dansé par Rahouane El Meddeb. C'est un homme plutôt rond, loin du physique d'un danseur occidental. Sa danse, minimaliste, est d'une précision, d'une poésie touchante. Il avance à petits pas, produit parfois des mouvements brusques pour ensuite redevenir rond. Son cheminement dans l'espace reflète son introspection faîte d'avancées et de recul dans un contexte tunisien pour le moins difficile dans la promotion de la différence. Son talent réside dans sa capacité à nous émouvoir lorsqu'il nous recherche du regard, à nous inclure dans son évolution personnelle. Je ressens chez cet homme un profond désir d'être aimé, d'être reconnu pour ce qu'il est. Il reçoit du public de chaleureux applaudissements comme un signe d'encouragement à poursuivre sa quête artistique. Espérons qu'il puisse à terme s'entourer d'autres danseurs pour donner à sa chorégraphie toute la portée politique et sociale qu'elle pourrait avoir.

Son deuxième solo, «Hùwà», dansé par Lucas Hamza Manganelli provoque un malaise perceptible à la fin de la représentation. Alors que les klaxons traversent les murs du Théâtre du Hangar (le foot réussit à s'immiscer partout?), le danseur arrive nu sur scène. Il marche à petits pas pour se poster face à nous, le regard fixe. Il balaie de gauche à droite pour revenir au centre. Ce regard m'émeut et me terrifie en même temps. Je ressens tout à la fois de l'humiliation et une détermination sans faille à nous défier. S'ensuivent alors de très beaux mouvements qui métaphorisent la difficulté de changer et l'impossibilité de rester le même. Cette recherche, loin de mener vers l'autonomie, le guide vers?Dieu. C'est à ce moment que le solo bascule vers la lourdeur, la répétition, la soumission. Changer pour aller vers Dieu engendre décidément toujours les mêmes postures, les mêmes effets. Radhouane El Meddeb nous impose alors ses états de la révélation divine. Parce que précisément ces états provoquent ce qu'il danse, cela ne me touche pas et ne me touchera jamais.

« Hùwà » aura quelques difficultés à s'immiscer dans le paysage chorégraphique en France : parce que nous sommes un pays laïc, la Danse n’est pas le langage des religions. L’est-elle du foot?…

Pascal Bély – « Le Tadorne »
Crédit photo: Eric Boudet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *