Dernier spectacle pour la 29ème édition de « Danse à Aix » au Théâtre de l’Archevêché où le Ballet du Grand Théâtre de Genève nous présente ses dernières chorégraphies. Le directeur, Patrice Poyet, nous remercie d’être venu si nombreux pour cette édition (sic), et nous promet un joli programme pour la 30ème l’an prochain. Aix en Provence va devenir très à la mode en 2006 avec l’année Cézanne et l’ouverture du Pavillon Noir des Ballets Preljocaj.
J’arrive à l’Archevêché dépité. Le spectacle de la veille a laissé des traces et ce n’est pas la réponse à mon article sur ce blog de Patrice Poyet par email qui change grand-chose. Mais le public est là et je suis réconforté par sa mobilisation début août alors que la ville semble s’endormir peu à peu.


Le Ballet nous présente « Slow Heavy and blue » de Carolyn Carlson. Sur une musique quelque peu lancinante de René Aubry, les danseurs, sans jamais se toucher, répètent inlassablement des gestes mécaniques pour mieux se transformer dès que le groupe se constitue. Une chorégraphie à voir en 3 D ! C’est joli.

 

 « Kiki la Rose » de Michel Kelemenis interprété par Bruno Roy prend le relais pour dix minutes. Me revoilà de nouveau plongé dans l’univers de Kelemenis pour la 3ème fois du festival (n’est-ce pas un peu trop ?). La grâce est toujours présente et cette danse est une orfévrerie. C’est joli.

 


« Loin » de Sidi Larbi Cherkaoui clôt la soirée. En fait, c’est pour ce chorégraphe marocain des Ballets C de la B. installé en Flandre que j’ai fait le déplacement. C’est un habitué du Festival d’Avignon où en 2003, il aurait du présenter « Foi ». Mais la crise sociale en avait décidée autrement. C’est donc ARTE qui pris le relais au printemps 2005 ! L’an dernier, toujours en Avignon, il nous avait présenté « Tempus Fugit ». J’avais aimé cette ode à la transmission entre générations même si j’avais regretté l’absence d’un fil conducteur très fort. J’ai le même regret pour "Loin" présenté à Aix. Dans un décor orientalisé, 22 danseurs nous montrent tout le talent du chorégraphe pour articuler des postures de la danse orientale, de la danse classique et européenne. Pour ce ballet installé à Genève, c’est une révolution ! D’ailleurs, les 22 danseurs n’hésitent pas à interrompre leurs duos pour nous raconter avec moult détails leur dernière tournée en Chine où ils ont du faire face aux cafards et autres méchantes bêtes. Si le Ballet change, le monde aussi selon Sidi Larbi Cherkaoui (cela, tout le monde s’en doute maintenant !).

 

C’est un monde lourd où la différence a du mal à s’entendre. Le dernier tableau où l’ensemble des danseurs forment un monticule où se lève un danseur est particulièrement belle (j’y ai vu une tente de réfugiés…). Cette scène ne pouvait qu’emporter "Loin" dans un tonnerre d’applaudissements! N’empêche, le discours me semble un peu creux et prendre le Ballet de Genève comme métaphore du changement est quelque peu paresseux.
Minuit 30…Le festival est terminé…Il y a des spectacles que l’on n’oublie pas. Ceux de ce soir sont mémorables le temps d’un été…Comme un amour passager. C’est joli.


A lire sur le même sujet:

le bilan de l’édition 2005 du Festival "Danse à Aix";

"La Mairie d’Aix en Provence déshabille la danse".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *