Comment ouvrir les lieux d’art pour les projeter dans de nouvelles articulations au profit de projets innovants? Comment relier l’art à d’autres systèmes complexes? Comment désacraliser le rapport à l’art (enfermé dans l’expression clivante de culture) pour l’inclure dans une relation au sensible ? Depuis un an, deux associations qui fédèrent les structures médico-sociales (FNARS PACA et URIOPSS) élaborent avec mon cabinet (TRIGONE), un projet, « L’art et la manière pour un management créatif ». La finalité est d’offrir un espace pour penser le management à partir des pratiques créatives des manageurs et de leurs équipes dans un contexte qui appelle des projets transversaux et une communication circulaire.

Avant l’été, nous avions fait le pari de présenter la formation dans un lieu d’exposition d’art contemporain, car nous voulions poser un postulat : ce projet ne peut s’inscrire que dans une interaction créative.

C’est ainsi qu’une douzaine de manageurs intéressés par la formation ont répondu à notre invitation et ont arpentés les différents espaces cloisonnés de l’exposition Art-O-Rama à la Friche Belle de Mai à Marseille avec une question : « quelles oeuvres symboliseraient une formation sur l’art et le management ? ». Intrigués, les médiateurs culturels d’Art-O-Rama observent ces visiteurs d’un nouveau genre sans toutefois oser se mêler à eux.

Trente minutes plus tard, la visite commence. Deux manageurs présentent trois œuvres et posent déjà les premières bases de la formation qui débutera le 20 novembre 2014.

Au flou ressenti de l’œuvre de Florian et Michael Quistrebert  (symbolisant la difficulté d’appréhender concrètement le contenu de la formation), répond la sculpture rassurante de Mick Peter, métaphore du pédagogue en mouvement, en dialogue avec le positionnement créatif des participants. Je rappelle qu’au cours de la formation, le flou, le non-savoir, sont à l’origine de la rencontre : nous n’avons rien à transmettre, mais tout à co-construire.

dog_republic_image_de_communication

«L’art et la manière de manager» s’appuie donc sur une approche systémique, pour une approche de la créativité à partir de l’art, afin d’ouvrir les langages techniques qui peinent à traduire les processus complexes du management (à l’image du dessin de Dog Républic).

Il s’agira d’aller puiser les ressentis des stagiaires, informations du contexte de chacun, pour les mettre en lien, et qui, par la magie que procure l’art permettront d’ouvrir des espaces de « jeu »  à l’image de l’installation de Peter Robinson. Celle-ci symbolise l’ensemble des outils du manageur des plus techniques, aux plus relationnels, en passant par ceux offerts par le contexte qui, mis en lien, relient, assemblent, développent la créativité des équipes.

photo 1

Mais cela requiert de changer de point de vue, d’appréhender les systèmes humains à partir d’une approche globale, transversale et relationnelle de l’action. La formation proposera une approche multidimensionnelle (théorie de la communication, de la complexité ; méthodologie du projet global) pour développer les regards (à l’image de l’oeuvre photographique de Constant Dullaart où c’est en se déplaçant que l’œuvre se dévoile sous des aspects à chaque fois différents).

 

C’est ce déplacement qui permet d’accroître la capacité d’un système à proposer des choix et la possibilité pour l’individu d’affronter ces choix et tolérer consciemment ceux des autres. C’est ce déplacement qui nous aide à questionner autrement des bouteilles qui serait soit à moitié vide, soit à moitié pleine ; une poêle trouée qui n’est plus une poêle, mais un dialogue entre ses trous et nos ouvertures ; un gros cube à priori inamovible, mais qui produit du mouvement si nous acceptons la possibilité que l’art nous déplace par un dialogue continu entre forme et matière.

photo 2

Ainsi, la formation questionnera la construction de « l’œuvre » où les savoirs de chacun se situent en position de ressource et non d’expertise et alimentent l’espace relationnel du groupe (équipe, service, institution…)

photo 2

Cette interaction entre l’individu et le groupe est le fondement de notre travail : « l’art et la manière » permettra aux manageurs d’apprendre sur le collectif en institution à partir des processus du groupe en formation que nous travaillerons tout au long des huit journées du cycle. Ainsi, à l’image des avions de Samuel Trenquier (« Missiles »), nous apprendrons à relier ce qui à priori séparé, à assembler des matières improbables afin d’aider l’encadrement à retrouver le geste de créer.

Erica_Baum

Au final, à l’image de l’œuvre d’Erica Baum, la formation sera un cabinet des curiosités (partie droite de la photo) qui, mobilisées, offrira au manageur de nouvelles perspectives car l’art est notre réel.

Pascal Bély, consultant, TRIGONE, Marseille.

« L’art et la manière : une formation pour relier l’art et le management », du 20 novembre 2014 à avril 2015, organisée par la FNARS PACA et l’URIOPSS. Conception: Catherine Méhu et Pascal Bély.

Le programme à télécharger : ici.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *