Au fur et à mesure des oeuvres qu’il programme, le spectateur est pétri d’influences qui peu à peu, construisent son «propos». Il lui arrive également de s’inclure dans une démarche de création partagée avec des artistes. Ainsi, progressivement,l’image du spectateur actif émerge dans notre société où la représentation de son positionnement est le plus souvent noyée dans la masse uniforme de la jauge ou de l’appellation générique de «public».

À quelques heures de partir pour la Biennale de la Danse de Lyon, une vidéo postée sur mon mur Facebook attire mon attention. On y entend deux metteurs en scène (Claude Régy et Luc Bondy) échanger avec Fréderic Taddeï sur le plateau de «Ce soir ou jamais». La pensée de Claude Régy est lumineuse quand il évoque le positionnement du spectateur. «Il faut supprimer la représentation; la vraie représentation est complètement imaginaire; l’écriture trouve son prolongement dans l’imaginaire du spectateur, qui imagine le spectacle à partir de ce qui lui est suggéré. La liberté est totale. Aux  spectateurs d’inventer leur spectacle, d’être libre d’imagination, d’être créateur, pas spectateur passif». Il poursuit en pointant les théâtres où la «scène est une coupure». Il évoque «le besoin d’une salle unique pour relier l’univers  mental du spectateur et celui de l’artiste, où le spectateur est dans le même lieu que le spectacle». Il soutient que «le réalisme est une fausse posture. Il n’y pas de réel. Au nom de quoi peut-on faire du réalisme ? Il faut faire des choses qui déconstruisent l’idée de la certitude, qu’il y aurait un réel simple». Ses propos m’impressionnent: sa pensée complexe rencontre mon «travail».

Mais en ce samedi d’automne, le spectateur vu par Claude Régy est absent de la Biennale de la Danse de Lyon. Rendez-vous m’est donc donné à Vaulx-en-Velin pour «Murmures» de la Compagnie Malka. Cette oeuuvre du chorégraphe et danseur Bouba Landrille Tchouda évoque le milieu carcéral. Vaulx-en-Velin, prison, étrange association. Probablement le «réel» s’est-il invité dans la représentation que se font les programmateurs de cette ville. Je suis d’emblée surpris par le rapport scène-salle qui reproduit la distance entre la prison et la société. Le réalisme est décidément partout quitte à brutaliser la rencontre entre des artistes et des spectateurs.
Le décor est une cellule où le chorégraphe et le danseur Nicolas Majou évoluent au gré de leur relation. Tout est suggéré: la chambre colle aux mouvements et réduit la danse à un message explicite (qu’aurait-il chorégraphié sans la présence du lit, du lavabo?). Elle me «parle» beaucoup trop pour que je puisse imaginer, me projeter dans un processus d’enfermement (sur ce registre, on préférera de loin «Press» de Pierre Rigal). Bouba Landrille Tchouda m’isole dans son «réalisme» jusqu’à effleurer la relation homosexuelle entre les deux prisonniers, à jouer au «j’allume et j’éteins la scène» pour signifier une hypothétique mobilisation de mon imaginaire. Ce travail tout à fait respectable ne rencontre pas mon parcours de spectateur: bien au contraire, il le fait bifurquer vers une voie où le «réel » serait lisible. Vers une «danse réaliste» ?
Deux heures plus tard, Yuval Pick, tout jeune directeur du Centre Chorégraphique de Rillieux la Pape, nous propose au Théâtre de la Croix Rousse, «Folks», sa dernière création. Le dispositif scénique est superbe. Comme avec Claude Régy, j’ai rapidement la sensation qu’il n’y a qu’un seul espace «mental» entre artistes et spectateurs. Six danseurs surgissent et font la ronde: l’enfance s’invite là où les mains créent le fil tendu, détendu qui électrise les corps. Leur inconscient groupal «se prolonge dans mon imaginaire». Cela m’émeut. Peu à peu, la ronde bascule vers le folklore, la joie d’y être et les premiers conflits. Du linéaire, Yuval Pick propose, à partir de différents tableaux, une vision complexe du groupe, souvent abordé en danse contemporaine (dernièrement chez Mathilde Monnier, Emanuel Gat, Radhouane El Meddeb, Hofesh Shechter,): le collectif uniforme, l’exclusion, le couple homme-femme, homme-homme, l’inclusion. Il y a chez Yuval Pick une énergie rarement rencontrée ailleurs: en mêlant le mouvement folklorique, les langages (le rire, l’applaudissement,…), l’imaginaire de West Side Story, il parvient à créer le groupe garant d’une culture, celui qui dépasse le stade infantilisant de l’unisson.
Mais au bout de quarante minutes, tout s’émiette. Sans que l’on comprenne pourquoi, chacun installe des plantes sur scène qui finissent par signifier une forêt tropicale. Les danseurs semblent  livrés à eux-mêmes, perdant tout sens de l’espace et de la relation groupale. Rarement je n’ai approché un tel désastre artistique où pour sauver ce qui peut l’être, un chorégraphe décide de noyer son propos dans un décor. Je suis désemparé, presque abandonné en rase campagne!
«Folks» s’effondre. Cette création n’est pas du niveau d’un Centre Chorégraphique National. Faut-il voir dans le geste de ce créateur une incapacité (provisoire?) à articuler  le groupe et le projet institutionnel. Ce décor serait-il métaphorique d’un paysage chorégraphique réduit à une jungle institutionnelle où se perdent un chorégraphe et des danseurs?

J’hallucine? Peut-être, mais c’est ma seule façon d’exister comme spectateur créateur.

Pascal Bély, Le Tadorne.
«Murmures» par la Compagnie Malka et « Folks » de Yuval Pick à la Biennale de la Danse de Lyon du 13 au 30 septembre 2012.

6 réponses à Claude Régy, spectateur associé à la Biennale de la Danse de Lyon.

  • Jean-Michel Gremillet dit :

    Il n’est pas admissible de démolir ainsi le travail d’un artiste, sans rien connaître du parcours, sans rien tenter de
    savoir du contexte. Mais sans doute le blogueur découvrait-il ce chorégraphe, pourtant programmé récemment dans la région où il vit !
    La légitimé de Yuval Pick à la direction du CCN est totale puisqu’il fut nommé par un jury souverain. Il était celui qu’aurait souhaité Maguy Marin si elle avait été interrogée. Enfin, si ces nominations s’inscrivent dans la durée d’un mandat, c’est sans doute parce que ceux qui savent sont conscients qu’il faut du temps pour asseoir un projet artistique, être chorégraphe et être directeur d’une maison ne sont pas tout à fait le même métier…
    Mais encore une fois, émettre un avis, une critique sur le ressenti d’une création, avec ce que cela signifie de fragile et de vivant, permet-il d’écrire qu’un spectacle s’effrondre, ou encore ce que n’est pas du niveau d’un Centre chorégraphique national, ou encore d’incapacité du créateur ??? Limite, le garçon, limite… Mais bon, il suppose lui-même qu’il hallucine, le début de sa fin sans doute.

    • Pascal Bély dit :

      Voici le mail reçu dernièrement de la part du CCN dirigé par Yuval Pick:

      Bonjour Pascal,

      Je me permets de vous contacter suite à l’article que vous aviez écrit sur
      Folks de Yuval Pick pendant la Biennale de la Danse le jeudi 27 septembre 2012.

      Nous souhaiterions en utiliser un extrait pour notre prochaine brochure semestrielle, nous parlons de chaque pièce de la compagnie en tournée en utilisant un retour presse.

      Voici l’extrait : «Sept danseurs surgissent et font la ronde: l’enfance s’invite là où les mains créent le fil tendu, détendu qui électrise les corps. Leur inconscient groupal «se prolonge dans mon imaginaire». Cela m’émeut. Peu à
      peu, la ronde bascule vers le folklore, la joie d’y être et les premiers conflits. Du linéaire, Yuval Pick propose, à partir de différents tableaux, une vision complexe du groupe, souvent abordé en danse contemporaine (…) Il y a
      chez Yuval Pick une énergie rarement rencontrée ailleurs: en mêlant le mouvement folklorique, les langages (le rire, l’applaudissement, …), l’imaginaire de West Side Story, il parvient à créer le groupe garant d’une culture, celui qui dépasse le stade infantilisant de l’unisson.»

      — Le Tardone – Pascal Bély

      27 sept. 2012 – Biennale de la Danse de Lyon

      J’attends et espère donc votre permission pour son utilisation. »

      Comme quoi…
      Si tu avais été à la Biennale, tu aurais entendu les retours peu aimables de tes confrères.
      Une fois de plus, tu commentes…

      • Jean-Michel Gremillet dit :

        J’étais à la Biennale, et j’ai vu la création de Yuval Pick. J’allais écrire « évidemment ». Mais cela ne t’effleure même pas l’esprit que les gens connaissent leur métier, et le mettent en oeuvre selon les règles de l’art !
        Mon commentaire en donc fondé. Ce que je condamne dans ton papier, ce n’est pas un avis, libre, sur le spectacle, c’est lorsque tu sors du cadre et que tu atteins la dignité de l’artiste. Je le condamne, et le pourchasserai sans répit. Tu ne sais rien de ce qu’est la fragilité de la création.

          • Jean-Michel Gremillet dit :

            Le spectacle Score de Yuval Pick fut présenté à Cavaillon le 23 mars 2012. Toutefois, une programmation, ce ne sont pas des cases que l’on remplit, c’est une histoire qu’on écrit. Mais ça aussi, je sais que tu ne le sais pas.

          • Pascal Bély dit :

            Je ne parle pas de « Score » que j’avais vu à Montpellier Danse (je n’avais rien écrit) mais de « Folks ». Tu va le programmer ou pas? D’ailleurs, parmi tes confrères, qui programme?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *