C’est déjà la dernière représentation pour découvrir le travail de Chantal Loïal à la Chapelle du Verbe Incarné. Au Festival Off d’Avignon, une vigilance s’impose, car certaines compagnies ne se produisent pas pendant toute la durée du festival.

Je me souviens de l’histoire de Vénus. C’était au cinéma; à cette époque, les débats provquaient la controverse. Chantal Loïal, nous offre sa version, dans une représentation chorégraphique généreuse de Philippe Lafeuille. Je la découvre avec un grand plaisir. Elle est là, dressée devant nous. Tout simplement belle. La  musique classique semble glisser sur  les courbes de son corps. Dés les premières minutes, elle se révèle dans ces traits. Face au souvenir du travail de Nacera Belaza au Festival « In » qui m’avait écrasé dans l’obscurité quasi totale et la linéarité, je retrouve ici la lumière et l’empathie.

Le visage de Chantal est lumineux, ovale lissé, entouré d’un turban blanc, comme une madone. Elle nous livre la représentation de la beauté de la femme dans son origine. Le don de soi transpire dans ses mouvements de port. Enveloppée de coton, elle porte, conduit, nourrit, englobe ceux qui l’entourent de ses grands bras. Elle fait glisser ses volutes charnelles et se transforme en paysage, en vallées et en montagnes puissantes, que nous allons parcourir, de long en large, comme dans une  belle randonnée. La  fluidité s’installe. Traversée de rivières, difficultés suivant la qualité des pentes. Mais à son sommet, on y respire, libéré. Chantal nous fait vibrer dans ses émotions, ses chemins, ses rencontres douces ou violentes…ses guerres aussi qui l’ont conduite aujourd’hui à incarner la Vénus Hottentote.

chantal2.png

Un gant rouge, gainé à son bras et la grâce apparaît; mais nous sommes vite rattrapés par la violence de l’Histoire qui envahit le plateau. La montagne devient alors un lieu de danger et de souffrance. La chevelure se dévoile, et les fines nattes jaillissent, dans des sursauts pour survivre. Un crane magnifié dans son cercueil de verre lumineux, nous rappelle la mort des populations, le pays dévasté. Je repense à la collection de crânes de François Pineau vue à Venise. De main en main, cette précieuse boite se transporte dans le public et nous fait toucher du doigt notre conscience de passeurs. Telle une luciole dans la nuit des gradins, l’Afrique, lieu de transmission orale, chemine sur nos genoux. Mais c’est aussi le berceau de l’humanité, à travers l’image de cette « Vénus Lucy« , métamorphosée en crâne brillant.

La lumière s’abaisse, et nous fait rentrer dans une nuit claire, comme un soleil de minuit. Très pudiquement, la danseuse nous laisse entrevoir le bas de ses reins;  sa pleine lune apparait, nous invitant à la méditation sur ce que nous venons de partager à travers elle.

Son corps est comme un grand réceptacle d’émotions du souvenir. Au-delà de l’évocation des fesses volumineuses de la Vénus Hottentote, le continent africain se révèle dans tous ses reliefs géographiques, et humains…Cette réflexion est réveillée par un clin d’oeil d’expressions, jetées par un sourire en coin de Chantal, qui finit en pirouette.

Le voyage est terminé. Le jeu des mots emporte notre rêverie, autour du mont Vénus.

Sylvie Lefrere. Le Tadorne.

« On t’appelle Vénus «de Chantal Loïal, compagnie Difé Kako. Chapelle du verbe incarné au festival OFF d’Avignon du 13 au 16.07.12.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *