Le festival «In» d’Avignon est terminé. Avant mon bilan global qui sera mis en ligne début septembre, quelques remerciements…

Merci à Vincent Macaigne de m’avoir fait plonger dans son théâtre de terre, de sang et de feu. Ma révélation.

Merci à Anne Teresa de Keersmaeker pour m’avoir offert à 4h30 du matin une chorégraphie de l’aube et de l’espoir.

Merci à Arthur Nauzyciel pour son théâtre d’une humanité désespérée où Laurent Poitrenaux nous a sidérés par son jeu magnifique d’acteur.

Merci à Romeo Castellucci de m’avoir fait vivre une expérience théâtrale d’où j’ai trouvé le chemin.

Merci à Boris Charmatz d’avoir transformé la Cour d’Honneur en aire de (ré)création.

Merci à Tino Sehgal d’avoir inventé un théâtre des idées tendre, malin et subversif.

Merci à Katie Mitchell et Léo Warner d’avoir crée le cinéma théâtral d’un amour à mort.

Merci à Angélica Liddell d’avoir révisé mon alphabet pour y presser les raisins de la colère.

Merci à Jalila Baccar et Fadhel Jaïbi pour leur danse théâtrale révolutionnaire.

Merci à Kelly Copper et Pavol Liska pour la force de leur quotidien réenchanté.

Merci à Thierry Thieu Niang pour son printemps rajeunissant en plein été.

Merci à cette spectatrice pour sa volonté d’en découdre avec «Violet» de Meg Stuart.

Merci à Xavier Le Roy d’avoir fait du noir la couleur de la communication.

Merci à François Berreur pour Laurent Poitrenaux en Jean-Luc Lagarce.

Merci à Jérôme Bel. Pour tout.

Merci à William Forsythe pour ses objets chorégraphiques posés dans mon théâtre des idées.

Merci à Anne-Karine Lescop d’avoir ouvert le Festival avec un petit projet qui voit si grand.

Merci à Médéric Collignon d’être un si beau cornettiste dansant.

Merci au Festival d’Avignon d’être l’un des rares lieux où vivre pour le théâtre est une pure folie.

Pascal Bély,  Le Tadorne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *