villette.JPGC’était au mois de janvier 2007. « NIGHTSHADE » était joué au Théâtre du Merlan de Marseille. En voici un compte-rendu effeuillé…alors que la pièce est à l’affiche du Parc de la Villette jusqu’à la mi-octobre.

Ce soir, malgré le froid piquant, tout paraît léger. J'arrive au Gymnase à Marseille, escale du Théâtre du Merlan, qui poursuit ses « vagabondages » pendant sa rénovation. Un bar à huîtres est installé sur le trottoir et la foule se presse pour un événement européen.  Avec « Belladonne », sept chorégraphes (Alain Platel, Win Vandekeybus, Caterina Sagna, Vera Mantero, Claudia Triozzi, Eric de Volder, Johanne Saunier) revisitent le strip?tease. Dans l'insouscience quasi ? générale, personne ne se doute que le public finira nu à la fin de la représentation?

Six femmes et un homme se succèdent au cours de sept tableaux, accompagnés par un petit orchestre de?chambre. On se croirait dans une exposition d'art contemporain entre performance, théâtre et sculpture ! À mesure qu'ils défilent, je passe de la sidération, au rire, à l'extase, puis gêné, intimidé, séduit et finalement retourné ! Je suis entré dans ce théâtre, bardé de clichés sur le strip?tease. J'en sors dépossédé, questionné sur mon rapport au corps, au sexe, à l'évolution des m?urs d'une société aux apparences libérées, mais toujours aussi pudibonde.
Pour en arriver là, ils ont tout osé pour transformer le strip?tease en chorégraphie. Tout au long des sept tableaux, l'interaction avec le public est toujours créée pour ne pas nous, et les laisser seuls.

A cet effet, l'orchestre joue la partition de nos désirs refoulés : tantôt douce, parfois bruyante, souvent chaotique.

Un animal étrange et laid filmé en vidéo est projeté entre les tableaux : il est petit au début et fini par devenir énorme à la fin du spectacle. Entre chien et chat, il nous espionne, voyeur de notre animalité et attendrit de nous voir si observateurs ! Comment ne pas évoquer ce décor, drapé dans ces rideaux, métaphore de nos vêtements, de ce que nous cachons, dévoilons au gré des contextes. Ils s'abaissent à l'horizontale, bougent à la verticale pour dimensionner la scène, cadrer notre regard, tel le zoom d'un appareil de photo : nous voilà voyeurs, pudiques, exhibitionnistes. Il est le rideau de misère d'une société puritaine qui cache les seins aux enfants, mais qui exhibe Cauet sur TF1 !
Pour le reste, dois-je tout vous dévoiler ? Puisque vous insistez?.
On commence ?

Un écran de fumée?ce n'est pas ce que vous croyez?Le corps crucifié.Là ??

C'est le strip?tease révolutionnaire. A poil S…….? Vous exagérez !
Ici ??
Un tableau de la renaissance après avoir trop fumé.

Ici, aussi ?
« Je t'aime, moi non plus » revisité. Bandant.
Là, et puis..là ?


Elle flanche. Émouvant et débandant.
Même ça ?
Le strip?tease déconstruit. Osé.

Et ça ?


Bien fait pour lui. Pour nous.

Je vous l'avais promis. Je suis tout nu.


???
??? « Belladonne » a été joué au Théâtre du Merlan de Marseille le 27 janvier 2007 et au programme du Parc de La Villette du 18 septembre au 13 octobre 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *