Au Festival de danse de Biarritz, « le temps d’aimer », la Compagnie Androphyne présente « le spectacle dont vous êtes le héros » joué à Paris en Février dernier lors de « Faits d’hiver ». Ce fut l’occasion d’expérimenter une écriture transversale à partir du ressenti des spectateurs sur une oeuvre chorégragraphique étonante.
Rendez-vous le 12 septembre, à Biarritz. A ne pas manquer!

Nous revenons au studio « Le regard du cygne » dans le 20ème pour « le spectacle dont vous êtes le héros » par la Compagnie Androphyne. J'interviewe quelques spectateurs avant la représentation. Personne ne semble faire le lien avec le titre de la pièce comme si plus rien ne pouvait surprendre ce public de connaisseurs ! Par contre, la présence du bloggeur étonne, fait sourire, interroge, intéresse. Les rendez-vous sont pris avec quelques uns. Seront-ils les héros de la soirée ?
Le dispositif scénique frappe par son inventivité : télévisions à terre et au mur, musiciens à droite, grande toile à gauche et divers objets tombants du plafond. Il y en a pour tous les goûts, tous les regards et j'imagine déjà une danse?pluridisciplinaire ! Très vite, nous voilà projetés dans l'univers de « Big Brother ».  Un homme à l'écran explique les règles du statut de l'intermittence à un ami qui semble ne rien y comprendre. Le spectacle débute avec ce héros des temps modernes et se terminera une heure après par un verre de vin offert au public sur la scène ! Entre ces deux moments, un groupe de huit artistes tente le tout pour le tout pour créer une ?uvre déconstruite, où tout ne tient qu'à un fil avec des références appuyées à notre société médiatique en perte de sens. C'est un tourbillon de mots, de corps jetés à terre, de provocations, de souffrances et de solitudes, de paris fous gagnés et perdus, de tentatives réussies et d'échecs retentissants. En une heure, notre société est sur scène pendant que les artistes, toujours plus précaires, nous aident à rechercher le sens. Face à ce déluge, le public ne peut rester passif. Trois spectateurs (volontaires) sont tirés au sort pour venir sur scène. Après une sélection sans pitié aux critères aléatoires, un seul survit ! Il est tour à tour manipulé, laissé de côté, intégré dans la troupe puis menacé d'exclusion. On le métamorphose en «big brother » et semble y prendre plaisir, comme pris à son propre piège. On ne sait plus où donner de la tête. Notre monde est devenu complètement fou et notre « héros »  de la soirée s'en sort tant bien que mal. Les acteurs finissent éreintés, maculés de sang, mais l'art est toujours là, à travers cette fresque dessinée à partir des corps d’un artiste et du spectateur – héros!
Ce groupe de chanteurs ? musiciens ? plasticiens – danseurs est à l'image de sa musique (enivrante), de sa danse (« sculpturale ») et de ses décors (en mouvement permanent). La Compagnie Androphyne ne manque décidément pas d'idées et de talents dans cette société polluée par le temps  médiatique et obsédée par le contrôle.
Les spectateurs, une fois sur scène, un verre à la main, se laissent volontiers interviewer par le bloggeur, comme si l'exercice était cohérent avec le spectacle. Tommy, très inspiré, évoque un « existentialisme galvaudé, mais présent », une ?uvre où «je retrouve les codes de mon imaginaire, de mon quotidien d'artiste. C'est une pièce qui va évoluer dans ses articulations ».  Cette évolution est d'autant plus évidente que le lien avec le public est ouvert : « On s'interroge,  on ne subit pas ; le parcours n'est pas fléché, il y a des parcours multiples. » affirme Christine. Ce sentiment est relayé par Yasmina qui note «une liberté corporelle très forte », là où Hélène voit « des lignes qui se croisent et se décroisent ». Cette pièce a des allures de conte moderne avec ses personnages étranges, telle cette meneuse de revue qui a fortement impressionné Evelyne par « sa distance extraordinaire à mener le jeu dans un espace aussi petit ». Nathalie y voit presque « une comédie  musicale » tant le jeu est ouvert. Mais qu'en dit le héros de la soirée ? Cyril est discret, étonné par mes questions. Il aurait aimé voir le spectacle !  À l'intérieur, il a tenté de ne  « pas être que spectateur. Il fallait que je fasse le maximum pour faire partie de l'ensemble » même « s'ils ont tout fait pour m'intégrer ». Véronique a pu réaliser le rêve de Cyril : être l'héroïne la veille, et spectatrice le lendemain. Elle répond avec gourmandise à toutes mes questions et finit par me lâcher :   « suite à cette expérience, mon regard a changé à la fois sur le détail et l'unité d'ensemble ». À les écouter, leurs actes n'ont rien d'héroïque. Je suis presque déçu.
Sofie me confie plus tard qu'elle n'a pas «eu de déclic » et qu'elle ne sait « jamais investi psychologiquement ». Au final, la fonction du héros semble perdre de sa superbe comme si tout se déverticalisait ! Il est donc temps de passer à autre chose, à d'autres représentations théâtrales, où l'artiste ne serait plus au centre de tout, mais en lien avec le tout.
On attend avec impatience le prochain spectacle de la Compagnie Androphyne pour redynamiser tous ces héros qui sont déjà fatigués !


Photos non libre de droit; pour de plus amples informations, contactez Eric Boudet.
?????? « Le
spectacle dont vous êtes le héros » de Pierre – Johan Suc et Magali Pobel a été joué les 1er et 2 février au « Regard du Cygne » à Paris dans le cadre du Festival « Faits d’Hiver » et à Biarritz le 12 septembre 2007.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *