« Elle est quand même masculine », dit-elle à son amie en sortant du Théâtre d'Arles. Cette remarque idiote d’une spectatrice est une réponse à la provocation. « Regarde Maman, je danse » de et par Vanessa Van Durme dérange. Quoiqu'elle fasse, elle sera toujours la bête étrange. Elle a pourtant le cran de mettre en scène sa vie: du petit garçon belge qui se rêvait en fille, au travesti qui se prostitue,  à l'homme opéré à Casablanca, à la femme mariée avec un prisonnier espagnol. Elle l'exprime avec des mots crus, elle la joue avec des gestes maladroits et tendres, elle la pleure quand arrive la mort de sa mère. Depuis toute petite, elle se rêve en danseuse. Elle le sera dans « Tous des Indiens » du chorégraphe Alain Platel joué au Festival d'Avignon en 1999.
C'est donc une femme qui danse avec les mots pour mettre en mouvement notre regard figé de voyeur. Elle le fait parce qu'elle n'a pas grand-chose à perdre. Je la suis parce que j'ai toujours eu confiance envers les femmes qui travestissent leur sort pour transformer le nôtre.



?????? « Regarde Maman, je danse » a été joué le 20 février 2007 au Théâtre d’Arles.


Pour vous abonner à la NEWSLETTER heddomadaire du TADORNE, inscrivez votre adresse email sur la colonne de droite.

 

 

 
Revenir au sommaire Consulter la rubrique théâtre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *