Wolfgang Amadeus Mozart et Emanuel Gat ont donné rendez-vous au public du Festival de Marseille pour « K 626 ». Celui-ci, comme tout spectacle, s'inscrit dans un contexte : le match de football France ? Espagne en huitième de finale, un public composé au quart de salariés invités par leur entreprise à se cultiver un peu entre deux brainstormings sur l'évolution du marché des chemises bioniques. Si le premier perturbe un magnifique solo par ses hurlements déchaînés, le deuxième n'hésite pas à regarder le match sur son portable et à applaudir mollement pour ne pas déplaire au chef. Parenthèse provisoirement fermée.
Pourtant, « K 626 » fera date dans l'histoire de la danse tant cette chorégraphie ne ressemble à aucune autre. Elles sont dix, venues d'Israël, habillées comme des petits soldats à qui l’on demande trop tôt de faire la guerre. Leurs petits pas, leurs bras, leurs doigts donnent à ce requiem imposant, sa part d'intimité. Avec elles, l'infiniment petit devient grandiose. Loin d'être à l'unisson, elles peuvent jouer leurs différences, mais font référence au groupe, quoiqu'il en coûte. Elles ne sont jamais seules. Il faut les voir faire ces haies d'honneur pour se relier entre elles, pour ne pas se perdre. Le groupe porte des valeurs que nous ne connaissons pas ici : elles peuvent danser l'hésitation ; rien n'est certitude, tout est créativité même dans la précarité. Cette chorégraphie est alors un refuge où l'on se serre pour se protéger, à l'image de cette mouette effrayée par les clameurs de la ville qui vient chercher la sécurité parmi nous? Leur corps évoque toutes ces valeurs : nous sommes à l'opposé de l'esthétique européenne où l'apparence fait parfois illusion. Ici les corps parlent d'Israël : loin d'être seulement modelés par l'effort physique, ils portent en eux la peur et le désir infaillible de danser alors que le terrorisme menace. J'ai la douce sensation qu'Emanuel Gat a chorégraphié leur histoire comme un peintre le ferait avec son modèle préféré. Rare.
Avec elles, ce Requiem inachevé à la mort de Mozart, trouve une continuité. En osant chorégraphier l'incertitude, Emanuel Gat pose un acte politique : réparer ce qui est rompu, poursuivre l'oeuvre de Mozart à partir du corps (qui pourrait l'en empêcher ?), continuer à créer même si le contexte coupe le son. Il y a dans cet engagement une puissance qui m'atteint, qui m'émeut profondément.
Elles sont dix, à l'image des dix doigts d'une main, qu'elles posent sur mon épaule. Emanuel Gat peut revenir avec elles. Ils rencontreront un public, encore trop occupé à rechercher ce qu'il connaît trop. Mais nous sommes quelques-uns à avoir été là, ce 27 juillet 2006, pour véhiculer le message de cette danse d'Israël, une danse d'exception. Mozart n'aurait pas rêvé mieux comme fin.


Revenir au sommaire Consulter la rubrique danse

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *