En 2003 au Festival d’Avignon, Bartabas avait choqué de nombreux professionnels et spectateurs au sujet de la crise des intermittents. Replié dans son Théâtre Équestre, il était apparu méprisant, autoritaire et loin des réalités économiques et sociales. Sa création d'alors « Loungta, les chevaux de vent » ne fut jamais montrée. J'en garde envers l'homme un ressentiment. Seul l'artiste peut me faire oublier ses paroles.
Trois ans plus tard, je me rends au Domaine de Roberty, près d'Avignon, pour « Battuta » . Le chapiteau est bondé ; le public survolté applaudit à tout rompre. Le dispositif scénique est de toute beauté : au centre, un puits de lumière d'eau descend. Sur chaque côté de la piste, un orchestre : l'un joue une musique classique, presque mélancolique ; l'autre est une fanfare venue de Moldavie. Pendant tout le spectacle, ils se répondent comme dans un dialogue où le blanc et le noir, la vie et la mort s’affronteraient!  Bartabas nous invite au voyage: une population nomade va d'un territoire à l'autre. Elle emmène avec elle roulottes, chevaux et des familles en complète recomposition. Le mariage modifie les équilibres et nous voyons sous nos yeux comment les liens entre individus peuvent changer la donne. J'assiste à une course poursuite entre le père, ses amis et l'homme qui épouse sa fille.
Finalement, tout le monde se court après ! Je souris à certaines scènes (le défilé de quinze roulottes, toutes extravagantes les unes des autres), alors que certaines sont déplacées (le nomade qui vole le sac d’une femme, les jeux virils des hommes). Je m’interroge sur l’omniprésence des policiers sur scène (message subliminal pour soutenir la politique de Sarkosy envers ces populations?).

Malgré tout, je finis par m'ennuyer de ce jeu répétitif. Il n'y a aucun temps mort pour respirer comme si Bartabas évitait le sens. Que veut-il nous dire ? Où est la réflexion que procurent la plupart du temps ses ?uvres ? Bartabas plonge dans le divertissement le plus total alors qu'il est programmé dans un Festival de création. Je ne doute pas qu'il assure la billetterie, mais cela justifie-t-il tout ? Se poser la question du sens n'empêche pas le divertissement. Bartabas en fait l'économie dans un département, le Vaucluse, qui rejette massivement les populations nomades, vote à 40 % pour le Front National. Je sais, j'extrapole, j'en fais un peu trop, ?Mais ce serait tout de même intéressant d'interpeller Bartabas, lui qui ne s'est pas gêné il y a trois ans de donner des leçons de théâtre et de démocratie?

Pascal Bély
www.festivalier.net

Pour revenir à la page d’accueil, cliquez ici.

Le  bilan du Festival d’Avignon 2006, c’est ici!
Par thématiques, les articles du Festival d’Avignon:
« Les sublimes »
Le théâtre des maux ».
« Les mondes enfermants »
« Les hors-jeu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *