A l’heure du thé aux Pénitents Blancs, « Visitations » est « un programme de solos qui pour la plupart ne m’appartiennent pas et que je m’approprie », dixit la danseuse, Julia Cima.
Dominique Bagouet, Isadora Duncan, Merce Cunningham, Vaslav Nijinski forment un beau programme. Mais voilà…je suis très mal installé. Je ne vois pas correctement le plateau et je suis fatigué.
Je sens qu’il se passe quelque chose mais je n’arrive plus à me tortiller pour observer cette jeune danseuse. A la fin du spectacle, « Le sacre du printemps » est beaucoup plus visible mais ma lourdeur semble se jouer sur la scène ! Julia Cima fait preuve sur ce morceau d’une certaine maladresse dans les gestes. Qu’importe après tout ! A la différence du « Ballet de Lorraine » qui avait empilé des extraits samedi dernier, Julia Cima relie tous ces chorégraphes dans une mise en scène qui donne à l’ensemble une cohérence. C’est une recherche sur l’histoire de la danse à l’image peut-être de sa propre généalogie.
Mais voilà, « Le Tadorne » n’est pas en forme. Comme à chaque festival, il y a toujours un spectacle qui ne soutient plus le rythme du festivalier. « Visitations » mérite un autre bloggeur. Transmettez…

A lire, les excellents articles de
Marie Glon sur Fluctuat.net et de
Muriel Steinmetz sur l’Humanité.fr

Le bilan des"Hivernales d’Avignon 2006" par le Tadorne!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *