Le festival d’Avignon ballade son public…Le château de Saumane situé à 4 km de Fontaine de Vaucluse est un lieu magnifique. Perché, la vue sur le Vaucluse est époustouflante par pleine lune. C’est dans ce cadre que Jean Lambert – Wild et la coopérative 326 proposent « Mue – première Mélopée ». D’après « la bible » du spectacle, « Mue est un wana sonore et poétique pour neuf voix, une voix électronique, un percussionniste et une installation sonore ». J’ai bien essayé de me laisser aller…en vain ! Il m’en faut un peu plus pour que mes sens soient interpellés et que mon inconscient prenne le pas.

 

Jean Lambert – Wild produit un « spectacle » prétentieux  où le public est « prié » de se prêter au jeu de la rêverie en s’installant sur des fauteuils inclinés et disposé de telle façon qu’il n’a qu’une vue circulaire partielle de la scène !
En un mot, le festivalier est fatigué des impostures proposées quotidiennement par le Festival d’Avignon. Il se demande s’il n’a pas à faire à une programmation autoritaire qui impose des choix artistiques  identiques d’un spectacle à l’autre.
Malgré tout,j’ai passé la soirée en compagnie d’abonnés et de salariés de la Scène Nationale de Cavaillon (« Les pécous » comme on dit en langage provençal).
Je
 me suis mis à rêver de continuer la nuit avec eux, sous les pins, autour d’un verre.

A lire le bilan du Tadorne sur le festival d’Avignon 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *