Chaque année, je me prépare pour de beaux rendez-vous. Voici quelques spectacles à ne pas manquer sachant que la programmation d’Avignon est palpitante; celle de « Danse à Aix » me laisse pour l’instant dans l’expectative tandis que le Festival de Marseille prend peu de risques (avec son public, on ne sait jamais !) :

Vais-je lasser mes fidèles lecteurs ? (!) « La Chambre d’Isabella » de la Needcompany est à Marseille le 6 juillet ! Pour les retardataires, plus aucune excuse puisque la grande Viviane De Muynck sera au Théâtre des Salins en début d’année 2006! Elle devrait conquérir le public chaleureux de Martigues ! Restons avec la Needcompany pour leur création en Avignon (Needlapb 10) pour 3 soirées les 18, 19 et 20 juillet.

Partons pour Aix ou le Festival « Danse à Aix » tente de se distinguer entre Marseille et Avignon dans un contexte culturel Aixois plombé par une politique municipale culturelle illisible :
– Le chef d’oeuvre d’Angelin Preljocaj (« Near Life Expérience ») est  programmé en dehors du festival le 6 août, à l’Archevêché (cherchez l’erreur !). Sa dernière création (plus légère), « Les 4 saisons »  sera visible à Chateauvallon le 15 juillet.

–  A retenir, le chorégraphe suisse Gilles Jobin le 30 juillet, découvert pour ma part l’an dernier à Montpellier Danse. Sa dernière création « Parano Fondation »,  a séduit lors de son passage au Théâtre de la Ville à Paris et le journal de la culture d’Arte lui a consacré un beau reportage. Malheureusement, le même soir, je suis à l’Archevêché pour « Cosi Fan Tutte »!
– Le chorégraphe marseillais Michel Kelemenis revient en force cette année à Aix avec sa création « Aphorismes géométriques ». J’espère être conquis tant le langage de cet artiste ne m’a pas toujours convaincu!


– Le chorégraphe portugais Rui Horta, les 29 et 30 juillet, avec « O Espaço do Tempo ».   Découvert en 2000 au festival de Vaison la Romaine, il m’avais séduit par la sensualité de sa danse.
– A noter aussi, la chorégraphe sud – africaine Robyn Orlin. Découverte cet hiver au Théâtre des Salins de Martigues, où sa créativité et son regard décalé sur l’occident avaient conquis le public !

Au festival d’Avignon :

– Jan Fabre et « l’histoire des larmes » dans la Cour d’Honneur devrait une nouvelle fois bousculer le public d’Avignon. J’ai toujours été sensible au travail de ce chorégraphe – plasticien – metteur en scène qui transforme les sécrétions de notre corps en liquide magique! Les 8, 9, 10, 12 et 13 juillet avec ou sans mistral!
– Christine Angot et Mathilde Monnier dans « La place du singe« . Les échos du festival Montpellier Danse sont bons. Leur interview dans le magazine Têtu m’a donné envie de voir le fruit de leur collaboration. A ne pas manquer, en Avignon les 23, 24, 25, 26 et 27 juillet
–  Toujours Mathilde Monnier mais seule cette fois-ci pour « Frère et soeur« , à la Cour d’Honneur. J’aime cette chorégraphe pour sa sensibilité à fleur de peau. Un beau moment en perspective  les 20, 21, 23, 24, 25, 26 et 27 juillet.
– Rendez-vous avec Joseph Nadj, habitué d’Avignon avec Last Landscape, une performance du chorégraphe – danseur avec le percussionniste Vladimir Tarasov ; un mélange des genres qui ne fait décidemment pas peur à cet artiste qui a l’habitude de la pluridisciplinarité ! Du 11 au 24 juillet. (http://)

– A voir aussi Wim Vandekeybus, et Christian Rizzo : je ne connais pas ces deux chorégraphes mais les échos dans la presse cet hiver furent très bons !
– Coté théâtre, comment ne pas conseiller l’épopée théâtrale d’Olivier Py en Avignon? 9h de théâtre, entrecoupé d’entractes conviviales! « Les vainqueurs » les 10, 11, 13, 14, et 16 juillet devrait nous combler de bonheur
– Côté scène flamande, Jan Decorte avec « Dieu et les esprits vivants » du 9 au 13 juillet. Vincent Baudriller, co-directeur du Festival, semblait enthousiaste lors de la présentation du programme en mai dernier de nous présenter cet artiste.
– Deux metteurs en scène attirent mon attention: Jean – François Sivadier et Jean – Françis Peyret. Je ne les connais pas mais la lecture du synopsis sur le site du Festival m’intrigue. C’est une bonne raison pour les recommander, non?!
Concernant le reste de la programmation d’Avignon, ce sera pour moi une totale découverte. Il y aura la perle rare, comme en 2004, où personne n’attendait le succés de la Needcompany avec « La Chambre D’Isabella ». Un an après, j’en parle encore et je revois le spectacle ce soir une deuxième fois.
La Flandre nous fait décidemment du bien depuis quelques années…

A lire sur le même sujet: le bilan de l’édition 2005 du Festival « Danse à Aix ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *