Après « Les songe-Creux » (lire l’article précédent!), la soirée consacrée au « rêve » continue à La Friche Belle de Mai et le réveil est brutal! Le Ballet d'Europe (quelle appellation prétentieuse?) de Jean-Charles Gil nous propose dans ce hangar frigorifique, deux spectacles, coup sur coup?
Le premier, « Rêve » est une chorégraphie de Jorma Uotinen?C'est un spectacle finlandais? froid comme de la glace. C'est de la danse esthétisante à l'image du papier glacé d'un magazine de mode. Cela plait à ce public largement composé d'institutionnels (je reconnais Michel Pezet du Conseil Général) et d'amis des danseurs. Il n'y a aucun propos dans cette danse pretentieuse…Juste de jolis corps bien conservés par la température?
Le deuxième spectacle est un supplice pour Le Tadorne, qui n'est pas loin de perdre ses plumes au milieu de ce public de fans? « One more time » d'une chorégraphie de Jean-Charles Gil est un hommage à Alfred Hofkunst (je découvre son existence?ignare que je suis?). C'est nul, affligeant, pauvre artistiquement. Je ne pense pas que ce type de danse puisse encore exister de nos jours. C’est un mélange de danse en « tutus » et de mouvements qui se veulent contemporains.
On se croit parfois dans un film de série B (genre péplum) tant tout y est ridicule.
C'est de la danse de salon, pour courtiser le Roi et sa cour. Si l'Europe est à l'image du Ballet du même nom, c’est à désesperer du rôle de la France…Il va de soi que ce ballet ne dérange rien, encore moins les institutions qui le financent.
« Les Songes-creux », spectacle franco – québéquois, a donc sauvé cette soirée, modestement, loin de ce ballet de pacotilles?qui reçoit les beaux hommages des institutions.
Vive le Quebec Libre!

A lire les nombreux commentaires en bas de cette page dont le dernier sur la programmation de ce spectacle au cours de la saison 2006 – 2007.

Pour réagir, cliquez ci-dessous sur « ajouter un commentaire ». Une fenêtre s’ouvre alors. Tapez votre texte puis recopiez les trois lettres qui vous sont proposées dans la petite case. A bientôt de vous lire.

Pour revenir à la page d’accueil, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *