« Une douce imprudence » : variations sur un double je t’aime.

A notre entrée dans la salle, Thierry Thieu Niang et Eric Lamoureux sont assis à jardin. Tranquille et douce, leur présence l’un à l’autre est palpable; déjà ils «s’offrent» à nous.

De jardin à cour, ils vont déplier de simples pièces de tissus au sol et avec elles inventer des mondes. On y croisera des plages, des montagnes châteaux, des Derviches/ divas, l’attachement qui se tend comme une corde pour tenter de sortir des sables mouvants; des errances dans le désert pour atteindre des oasis où sculpter la matière et hydrater les peaux…

Se déplient là des pages de tendresse teintées de violence qui fondent l’être ensemble. Ici s’expose une invitation à faire de la relation autre chose qu’un combat ou alors, s’il en est, que ce soit celui de la relation partagée.

Cette proposition n’a rien de mièvre ou de candide, elle est portée par deux hommes qui «savent», ensemble, ce que s’aimer veut dire.

Ces deux danseurs, à  l’aube de leurs corps vieillissant, nous offrent toute la force et la beauté d’un dialogue nourrit par leur longue relation. Un de ceux ou «l’imprudence» de tomber en amour, de l’aller vers un autre, construit une conversation où le Nous porte tout son sens.

 

« Dans les bois » : Le loup sort de la bergerie et joue à y es-tu.

Sébastien Le Guen et Jérôme Hoffmann nous ouvrent le Jardin de la vierge du Lycée Saint-Joseph et font évoluer notre regard sur le propre de la relation. Les comptines chantées aux enfants, sont un moyen détourné pour vaincre leurs peurs. Mais hélas, à l’âge adulte, malgré les «promesses», ces craintes sont encore prégnantes et se glissent dans nos modes de communication aux autres.

Après la passion des «premiers instants», la complicité tente de se  structurer et une recherche d’équilibre se joue. On s’observe, on apprend à se connaître. On tente de construire,  de déconstruire….Un vaste bois se dessine en perspective.

Les loups scrutent l’homme, tapis ; prudence…, les forêts sont des repères instables.

 

« La bataille » : C’est quoi les règles du jeu ?

Dans « Bataille » du chorégraphe Pierre Rigal, la relation évolue incidemment dans un processus de changement. Nous y entendons les percussions corporelles de « Je t’aime moi non plus» et de  «Fais-moi mal Johnny»…C’est une bataille de chaque jour. Nous sommes matelots, passagers de toutes les tempêtes. Pierre Rigal y décortique un jeu de communication : «… Le plaisir de la douleur survole la carcasse… Mais la victoire n’est pas l’objectif avouable. L’échec sera meilleur… La richesse c’est l’héroïsme du ratage… Et je cours derrière elle avec les anges qui se moquent de moi. Ils me font rires. Je suis essoufflé et ridicule»

D’un choc frontal, une amitié peut naitre. Du différent, se met en lumière le fondement du travail de lien. La confrontation primaire et guerrière trouvera peut-être une articulation où inventer un point de dialogue. Dans la rencontre «tout» commence par un face à face, puis de ce superficiel se tisse la complicité.

On se croise, on se rencontre, on joue à des jeux paradoxaux…Les corps se cognent, se touchent, se nomment et possiblement inventent un langage commun en résonance. Alors, un «je t’aime moi aussi» pourrait lutter contre l’incarnation de la manipulation perverse qui laisse sur les bancs de l’amertume…

 

Au fil rouge de ces trois propositions, se déroule celui de l’étendue de la relation humaine et de ses variations. Nous courons des déserts, des forêts, volontaires inépuisables, amoureux de la richesse des interactions avec les autres. Debout, ou à terre, nous continuons, quoi qu’il en coûte, nos avancés.

Promenons nous dans les choix ; l’important c’est d’aimer, en minimum partagé.

Sylvie Lefrère et Bernard Gaurier – Tadornes

«Une douce imprudence» de Thierry Thieu Niang et Eric Lamoureux aux Hivernales. Du 11 au 21 juillet 2013 aux Hivernales d’Avignon.

« Dans les bois» de Sebastien Le Guen et « Bataille» de Pierre Rigal et Hassan Rizak : «  Sujet à vif programme C »  du 19 au 25 juillet 2013 au festival d’Avignon In.

2 réponses à Avignon In-Off 2013 – De liens en lien, les fluides de la relation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *