Une onde. Celle du choc. Des chocs.

Mathieu Heyraud a bousculé le public du dernier «Lundi au soleil» de l’année 2011 des Hivernales d’Avignon, rendez-vous autour d’univers chorégraphiques.

« Les balançoires, trilogie de l’intime…Chapitre un » est la dernière création de ce chorégraphe-danseur au parcours transdisciplinaire, qui oeuvre actuellement au sein de la compagnie de Jean-Claude Gallotta.

Sa recherche chorégraphique est centrée sur la gravité,sur l’intime (et non sur l’intimité). La polysémie des mots fait alors son ouvrage. Mathieu Heyraud a cette faculté de décortiquer, de pousser à l’extrême, de saisir cet entre-deux, dans lequel le geste parle, le corps agit. Avec son style épuré, sa scénographie calibrée, sa connaissance du monde du cinéma à partir de jeux de lumière, il symbolise cette nouvelle génération qui accepte le regard du public lors d’une étape de création.

Marie-Lise Naud, magnifique interprète, offre toute sa puissance à cette proposition en devenir, où la main tendue nous fait avancer sur le fil du sensible d’où nait une certaine émotion. L’énergie de cet opus repose sur la sensation et  l’empathie. «Nous aimons tous les histoires, à nous de nous les fabriquer» précise Mathieu Heyraud. Il ne nous raconte rien. Il nous invite à convier notre imaginaire, à nous glisser dans cet interstice où tout devient possible, où tout peut basculer.

La balançoire, objet de fantasme, oscille dans un va-et-vient incessant. Tout en mouvement, elle reste attachée à un point défini par un axe. Notre corps joue de cette bascule et nous confronte à l’axe de l’intime et du public, du dedans du dehors, de la légèreté, de la stabilité à celui de la gravité.

Mathieu Heyraud nous habille d’une danse qui colle à la peau, de celle qui nous réchauffe seul dans le noir. Il nous offre un tour de balançoire qui bouscule notre entre-soi.

Laurent Bourbousson – Le Tadorne

Étape de création : Les balançoires, trilogie de l’intime, Chapitre un a été présenté dans le cadre des Lundis au soleil, Les Hivernales, Avignon, le lundi 12 décembre 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *