Ce soir, sur la scène du Centre Georges Pompidou, je me suis étendue, par terre ; j'ai fermé les yeux, et je me suis laissée emporter par une étoile. Stars like flees joue pour la première fois en France dans le cadre du Nouveau Festival.


La composition de ce groupe new-yorkais est variable, tout comme l'objet musical qui est offert. Ce soir six musiciens : harpe, violon, guitare, batterie, chant, piano et une atmosphère unique, faite de bricolages sonores et vocaux.

Comment décrire ? La référence serait réductrice, mais elle permet de situer : une voix proche de celle de Tom Yorke, la gaîté de Beirut (avec certains musiciens aux manettes) et la rage d'un Arcade fire.

En trois constructions musicales d'une vingtaine de minutes, nous sommes partis. Loin. J'ai senti ma peau frissonner. J'ai voulu crier avec eux. Eu envie de courir à perdre haleine. J'ai pleuré.

Nous avons eu le sentiment d'assister à un événement précieux et rassurant à la fois. Ces jeunes musiciens prodiges et hirsutes ?le chanteur a revêtu un accoutrement digne de celui du bras droit d'Oussama Ben Laden-, sont représentatif d'une jeunesse américaine talentueuse, humaine et porteuse d'une musique de toute beauté.

Une musique dont il faut se délecter tant leurs performances sont non reproductibles. Stars like flees c'est l'anti objet de consommation, l'élixir de jouvence à usage unique.  Alors quand l'un des musiciens nous a suggéré de venir s'allonger sur scène pour mieux en profiter. Il n'a pas été utile me le me le dire une deuxième fois.

Elsa Gomis – www.festivalier.net

 

Stars like flees est encore en France le 30 octobre à Cherbourg, le 31 octobre à Vendôme et le 1er novembre à Nantes. http://www.myspace.com/starslikefleas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *