FIP.jpgDepuis juillet dernier, la radio musicale de Radio France, FIP, est de retour à Marseille sur le 90.9. En octobre 2000, le sinistre PDG de l’époque, Jean-Marie Cavada, avait enlevé à ce joyau du service public plus de la moitié de ses émetteurs en France. Malgré la mobilisation sans précédent de ses auditeurs, FIP se repliait sur ses quatre fréquences restantes (Bordeaux, Paris, Nantes, Strasbourg).
C’est donc avec une certaine émotion que je réponds à l’invitation de FIP de rencontrer son équipe lors d’un forum organisé par la FNAC. Une trentaine d’auditeurs dans la salle pour écouter les explications de Dominique Pensec, directrice. Mais c’est l’animatrice Isabelle Duthil Lafrance et le programmateur Armand Pirrone qui suscitent l’attention. Leur regard ne trompe pas : ils aiment leur radio et en porte les valeurs. Ce sont de beaux artisans du Service Public, ouverts vers les richesses de ce monde global, attentif à l’égard des auditeurs. À leur façon, ils participent à la modernité d’un service public que certains oiseaux de mauvais augure voudraient réduire à la sphère marchande. A la fois remparts et passerelles, ils contribuent depuis plus de trente ans, à pérenniser une radio unique au monde. On le sait peu, mais FIP concourt à la diversité musicale dans ce pays. C’est une radio de développement durable.
Pour que la fête soit entière, FIP a offert aux auditeurs marseillais un concert gratuit au Dock des Suds dans le cadre du festival musical « Babel med music ». Trois artistes invités (la chanteuse vietnamienne Huong Thanh, l’Indienne Pura Fé et les Marseillais de Massilia Sound System), reflet de la richesse de la programmation de cette radio, ancrée dans le local pour embrasser le global, à l’image de la scène où nos deux animateurs symboliquement repliés dans un coin,  protègent, observent et commentent pour la radio les prestations des artistes.
C’est Huong Thanh qui ouvre la soirée et surprend la salle par sa musique et sa voix. La mondialisation des échanges nous permettra progressivement d’apprivoiser la complexité d’un chant que l’on pourrait comparer au jazz. FIP est donc là pour nous rappeler que nous n’en avons pas fini de découvrir ces nouveaux territoires musicaux.
Quand arrive l’Amérindienne Pura Fé, nous sommes prêts à nous laisser guider par la puissance de sa voix, par l’ingéniosité d’une partition entre blues et pop. Elle est impressionnante dans son engagement vocal, mais aussi dans sa détermination à nous  chanter un « Summertime » mixé, à l’image d’un monde ouvert qui ne renie pas les cultures locales.
En écoutant Pura Fé, je repense au Thibet et à Éric Pachet, journaliste à FIP, qui lors de ses flashs horaires de deux minutes, nous a souvent interpellés sur la situation dans cette province, bien avant le tapage médiatique actuel. Car FIP informe aussi. Autrement. Ses flashs sont autant de notes dans la partition du monde musical d’Armand Pirrone.

Pascal Bély
www.festivalier.net


Les fréquences de FIP:

Paris / Ile-de-France : 105.1 MHz
Bordeaux : 96.7 MHz
Arcachon : 96.5 MHz
Montpellier : 99.7 MHz
Marseille : 90.9 MHz
Rennes : 101.2 MHz
Nantes : 95.7 MHz
Saint-Nazaire : 97.2 MHz
Strasbourg : 92.3 MHz


Ecouter Pura Fé:

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=aGChIeeAE2o&w=425&h=373]

Ecouter Huong Thanh:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *