En 2005 sortait un album beau, sensible, intemporel : « Neighbourhood » de Manu Katché avec la présence prestigieuse de Jan Garbarek. Je l’ai longtemps écouté en boucle : le matin pour poser un pied à terre, le soir pour apaiser mes divagations ! Son concert à Aix en Provence ne pouvait échapper au Tadorne. Après coup, ce concert a glissé pour ne laisser que ces modestes lignes…
En arrivant, je ressens comme un décalage entre les dorures de ce théâtre à l’italienne et le jazz, entre ce public un peu « guindé » et l’énergie communicative de la musique de Manu Katché. Assis, je suis coincé entre deux aimables cadres cravatés et une barre en fer qui me coupe la vision de la scène. Je reste à l’étroit tout au long du concert comme s’il était impossible de s’affranchir de ce cadre.
Manu Katché est entouré de musiciens qui ne sont pas ceux de l’album. On reconnaît le spécialiste des jeunes pousses qui fait office de juré dans l’émission « La nouvelle Star » sur M6. Un ordinateur trône sur scène pour envoyer quelques sons mécaniques. Cette configuration positionne Katché comme le maître même si son groupe paraît ne pas être totalement formé. À mesure que le concert avance, la batterie de Manu Katché se fait plus imposante et je ne discerne plus la finesse de ce musicien hors pair. Tout me semble écrasant, bruyant comme s’il fallait compenser l’absence de Jan Garbarek. Les corps bougent peu, le tout est bien huilé, et manque cruellement de spontanéité. Le public reste assis sagement , l’air satisfait de cette prestation qui n’ébranle pas le savant équilibre entre passionnés de jazz (nous étions quelques-uns !) et cadres d’entreprises, mécènes de la soirée.

Cette culture sous vide m’éloigne peu à peu des concerts formatés et va me rapprocher inéluctablement de la scène jazz alternative.


Pour réagir, cliquez sur "ajouter un commentaire". Une fenêtre s’ouvre alors. Tapez votre texte puis recopiez les trois lettres qui vous sont proposées dans la petite case. A bientôt de vous lire.
Pour revenir à la page d’accueil, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *