J'attendais ce rendez-vous depuis si longtemps. L'univers du chorégraphe Josef Nadj fut une découverte il y a quelques années au Festival d'Avignon. L'an dernier, « Last Lanscape » et « Comédia tempo » m'avaient transporté dans un autre monde. Il a le talent incroyable de déconstruire pour reconstruire une nouvelle réalité.
« Asobu » au Palais des Papes est donc l’un des événements de la 60ème édition du Festival d’Avignon.
À la sortie, je suis vide. Rien ne vient, aucune image en particulier. Je suis perdu, bloqué. Que s'est-il donc passé ?
En arrivant au Palais des Papes, je ne suis pas encore entré dans le Festival. Je sors de « La poursuite du vent » déboussolé ; je suis dans l'entre-deux : entre la fin du Festival « Montpellier Danse » et l'univers du théâtre. Je flotte et « Asobu » me coule?
Je suis au 5e rang ; sur la gauche. De biais. Je suis décentré, c'est le cas de le dire. Je perçois donc l'envers du décor. De l'imaginaire de Nadj, je ne vois que le réel pendant plus d'une heure (les danseurs qui se changent, qui préparent leur « coup », ?). Je cherche les enchaînements. Je veux comprendre l'univers d'Henri Michaux, poète inconnu pour moi, à qui est dédié le spectacle. En vain. Je cherche à décoder le langage métaphorique de Nadj ! Un comble alors que je suis capable de me laisser transporter dans des univers bien plus conceptuels ! Je vois un groupe se créer devant moi, où se croisent les arts, l'Occident et le Japon, l'individu et le collectif. Je ne suis pas du voyage. L'immensité de la Cour d'Honneur m'écrase, moi qui suis plus habitué à voir Nadj dans l'intimité des lieux.
Je me sens collé au réel. Comme le souligne fort justement René Solis dans sa critique du spectacle pour Libération : « On ne s’y perd pas, dès lors que l’on accepte de ne pas s’y reconnaître. Le titre signifie «jeu» en japonais ; un jeu du labyrinthe si l’on veut, où le besoin de trouver la sortie devient vite secondaire, tant la curiosité s’y conjugue au présent. »
Tout est dit.
« Je suis passé à côté » devient mon leitmotif.
Et si Nadj m'avait perdu ? Certes, mais je me sens bien seul dans le concert de louanges des critiques et du public. Alors ?
Alors, rien.
Voilà, c'est dit.
Écrit.
A digérer.

Crédit photo : © Christophe Raynaud de Lage.

 


Le  bilan du Festival d’Avignon 2006, c’est ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *