C'est avec cette ?uvre inclassable que s'ouvre le Festival de Marseille ! J'ai la douce impression de poursuivre le KunstenFestivaldesArts de mai dernier à Bruxelles tant « l'homme de février » de Gildas Milin est profondément transdisciplinaire.
Nous arrivons au Théâtre de la Criée de Marseille et les comédiens (habillés en tenue de plongée) nous accueillent dans une petite salle. Une centaine de personnes prend place à partir d'un dispositif bifrontal. Cette proximité avec les acteurs et le public n'est pas anodine ; elle nous plonge au c?ur de la folie, de la déconstruction. Pour entrer dans « l'homme de février » autant oublier nos schémas rationalistes (des acteurs, un texte, un début, une fin) ; seule un telle disposition de la salle peut aider le public à se laisser aller à sa créativité.
Décidément, après « Psychiatrie / Déconniatrie » de Serge Valletti, « VSPRS » d'Alain Platel, « sx.rx.Rx » de Patricia Allio, « Lugares Communes » de Benoît Lachambre, je suis en quelques mois projeté dans l'univers de la déconstruction. Coïncidence ? Mouvement artistique de fond ? Toujours est-il que depuis la crise de l'intermittence en 2003, les frontières entre les disciplines me paraissent bien poreuses. Théâtre, danse, arts plastiques, musique, tout semble s'enchevêtrer pour mieux déconstruire nos schémas linéaires. Dans ce monde complexe, ouvert,  le rationalisme scientifique rend fou, le politique prend le contrôle des comportements pour mieux s'immiscer dans la psyché (l'UMP légifère sur la psychanalyse, Sarkozy veut détecter les actes déviants dès le plus jeune âge). Les artistes alertent et nous positionnent au c?ur de cette prise de conscience : les théories comportementalistes nous amènent tout droit vers le fascisme. Vouloir contrôler la psyché pour faire face à la complexité est une pure folie. Gildas Milin le sent et compte bien nous le faire sentir. Mais je suis fatigué ce soir : j'ai travaillé avec une équipe de la petite enfance toute la journée pour les accompagner à se décloisonner, à tendre vers la vision globale, la créativité?
Cristal arrive sur scène (magnifique Julie Pilod) ; elle ne cesse de répéter « je ne suis pas sûre ». Elle court, se jette à terre, se relève. Les mots sont mécaniques, comme un robot. Elle est entourée de huit plongeurs qui, comme dans une salle des machines, donnent des consignes. Cristal, chanteuse de rock de son état, est donc sous contrôle et l'espace scénique semble sous l'?il d'une vidéosurveillance. Cristal est désespérément seule et la prise de médicaments est son alternative pour survivre dans ce monde si complexe. Elle se promène avec sa mallette remplie de potions (des bêta – bloquants) qui vont diffuser dans son corps des milliers de molécules aux missions très précises (être rationnel, avoir des émotions contenues,?). Christelle, son amie, veut l'aider pour sortir de cette souffrance. Elle invente un clone, « l'homme de février », dont le pouvoir est de la rendre heureuse. Ce clone la suit du regard; il s'installe dans le public (comme un simple spectateur) ; se lève parfois pour être à côté d'elle puis reprend sa place parmi nous. S'enchaîne alors différentes scènes où alterne transe, conscience, et inconscience. Nous voyageons dans la psyché de Cristal. Comme des voyeurs, nous rions, observons les moindres faits et gestes. Certains spectateurs n'hésitent pas à se déplacer pour changer d'angle de vue notamment lors du concert où Cristal semble se jeter à corps perdu dans le rock (magnifiques comédiens ? rockeurs ? musiciens !). Je bouge peu comme intrigué par ce que je vois et entends. Et pourtant, je ne cesse de bouger dans ma tête : est-ce du théâtre ? de la danse ? un concert Rock ? En fait, l'histoire de Cristal prend sens à partir du regard que je porte sur elle. Je peux y voir ce que je veux. Par cette prouesse artistique où nous passons du réel à l'imaginaire, Gildas Milin m'envoie de beaux anti ? bêta ? bloquants qui donne à l'ensemble un aspect euphorisant, ouvert et me positionne comme spectateur actif. Au bout de deux heures trente d'un spectacle mené tambour battant, je sors quelque peu sonné, mais heureux d'avoir assisté à une ?uvre « politique » en ces temps de perte de créativité dans les milieux médiatico ? politique.
Arrivé au parking, cinq membres d'une équipe petite enfance que j'accompagne comme consultant dans une collectivité m'interpellent. Elles sortent d'un repas où elles ont travaillé leur réseau. Je n'en reviens pas de cette coïncidence. Face à l'incertitude, au complexe, elles répondent par le collectif, le transversal et le projet. J'ai rencontré les « femmes de juin »?

Pour réagir, cliquez ci-dessous sur « ajouter un commentaire ». Une fenêtre s’ouvre alors. Tapez votre texte puis recopiez les trois lettres qui vous sont proposées dans la petite case. A bientôt de vous lire.

Pour revenir à la page d’accueil, cliquez ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *