Le Théâtre des Salins poursuit son audacieuse programmation avec un nouveau voyage surréaliste : la rencontre de l'Asie, de l'Afrique et de l'Occident. La Compagnie Kubilai Khan Investigations propose « Gyrations of barbarous tribes », succès retentissant du Festival Off d'Avignon l'été dernier et dont nous avions fait l'écho sur ce blog. Je revois ce spectacle pour la deuxième fois, mais l'angle de vue est différent : la grande scène de Martigues accueille cette ?uvre imposante.
Ils sont neuf danseurs et musiciens du Mozambique, d'Asie et d'Europe venus créer un territoire où les arts et les cultures s'entrecroisent pour tisser un espace contenant capable de faire fonctionner notre imaginaire par un lâcher ? prise continu. Ce collectif nous invite à dépasser nos cloisonnements, à tracer nous-mêmes les chemins pour nous relier à ce nouveau continent. Le voyage est à la fois intérieur, sur la scène et cette alchimie est prodigieuse. Le Directeur artistique, Franck Micheletti, signe une ?uvre ouverte aux pays des sans-papiers persécutés.
Tout commence par ces cloisons dorées qui délimitent les territoires : chacun se cherche, prend appui puis se déséquilibre à mesure de leurs mouvements. Le contexte de l'Afrique est posé ou plutôt le regard que nous portons sur elle. Les luttes, les transformations (de l'homme vers la femme, de l'homme se comportant comme un chien, du singe vers l'humanité) accompagnent l'émergence de ce nouveau monde. Les musiciens (magnifiques) nous guident, tel un fil d'Ariane, au c?ur de la violence, du chaos. Rien n'est détourné, tout est retourné vers nous. L'énergie déployée est à la hauteur de l'enjeu : le fil, toujours prêt à se désintégrer, doit dépasser les cloisons. Pour cela, Franck Micheletti se repose sur la force du groupe métissé pour qu'elles se métamorphosent en fond du décor.
Cette émergence s'appuie surtout sur Dimitri Jourde, danseur exceptionnel dont le corps évolue à mesure de l'avancée du territoire: tour à tour à terre, en l'air, jouant à la balle, passant du singe à l'homme, cet homme est une rondeur à lui tout seul. Il est le processus du collectif, son aimant, son liant. Son corps plie toujours, mais ne rompt pas ; sa danse est le socle sur lequel le groupe peut prendre appui. Dimitri Jourde est un orfèvre, un humanitaire dont la mission serait de refaire le monde. Émouvant.
Le public du Théâtre des Salins salue avec ferveur la prouesse. Alexandra et Claire, à mes côtés, se souviendront longtemps de ce voyage. Je remercie publiquement Annette Breuil, la directrice du Théâtre, de nous proposer ces chemins de traverse dont Jérôme Bel (programmé la veille) et Franck Michelettti seraient les passeurs. Il faut un certain courage pour ne pas se laisser envahir par des voies uniques et choisir des itinéraires chaotiques. Le Théâtre des Salins est décidément une belle météorique.

Pascal Bély
www.festivalier.net

????? « Gyrations of barbarous tribes » de la Compagnie Kubilai Khan Investigations a été joué au Théâtre des salins de Martigues les 30 et 31 janvier 2007.

Pour réagir, cliquez sur « ajouter un commentaire« . Une
fenêtre s’ouvre alors. Tapez votre texte puis recopiez les trois lettres qui vous sont proposées dans la petite case. A bientôt de vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *