Deux pièces d'Edward Bond mis en scène par Alain Françon sont proposées en cette journée caniculaire de vendredi. « Chaise » et « Si ce n'est toi ».

La première nous convie dans un huit clos où une femme cache depuis vingt-six ans Billy. Elle l'a recueillie en 2051 alors qu'il était abandonné dans la rue. De peur d'être repéré par le Bureau des Enquêtes sociales, Billy n'est jamais sorti de ce deux pièces. Il a l'âge mental d'un adolescent qui passe sa journée à s'inventer un monde imaginaire à travers des dessins dont il tapisse le mur. Jusqu'au jour où Alice aide une prisonnière qui attend le bus avec un militaire. Prétendant porter une chaise à celui-ci, elle en profite pour fraterniser avec cette femme au bord de l'épuisement. Cette ouverture lui sera fatale. Billy perd Alice et se retrouve livré à lui-même dans une ville hostile.
Avec « Si ce n'est toi », nous sommes toujours en 2077. Un couple vit dans un appartement dénudé où seules une table et deux chaises font office de décor. Jams est un soldat et travaille pour un État répressif qui aseptise et contrôle la population. Sara est une femme soumise qui se réfugie dans ses habitudes et ses névroses. Mais un homme venant de l'autre bout de la ville (là où les suicides collectifs se multiplient) frappe à la porte et se présente comme le frère de Sara. Il s'assoit sur une chaise qui n'est pas la sienne. Il devient alors le grain de sable qui fait dérailler cette machine savamment huilée.
Ces deux pièces décrivent un monde où les hommes ne sont plus en capacité de penser par eux-mêmes. En dehors des alternatives binaires et illusoires que l'État leur propose, il n'y a aucune échappatoire, si ce n'est la mort. La maladie mentale est alors de ressentir, d'avoir des émotions, de transcender le réel par l'imaginaire et la créativité. Les comportements sont prévisibles et l'État, loin de produire des richesses et du bien public, réglemente et codifie la pensée à partir d'un système de surveillance sophistiqué. La puissance de l'écriture de Bond est de mettre en jeu ce que nous ressentons de l'évolution de nos sociétés. Il ne ferme pas tout. Dans les deux pièces, le public peut encore s'identifier: à cette femme qui apporte un soin relationnel à cette prisonnière en fin de vie quitte à se mettre en danger ; à cet homme qui, prit dans le conflit interminable du couple, croit au lien fraternel, à la force des souvenirs d'enfance.
Alain Françon s'appuie sur un groupe de comédiens exceptionnels. Ils paraissent lessivés lors des applaudissements comme si se projeter dans l'univers de Bond en 2077 avait épuisé leurs ressources d'acteurs. Je suis également fatigué tant l'intensité dramatique de la mise en scène positionne le public au centre jusqu'à déplacer le décor dans les gradins à la fin de « Chaise ». Françon nous intègre lorsqu'il accentue les contrastes entre l'État lointain, observateur, jugeant et contrôlant et les hommes et femmes en perte de conscience. Or, l'État, c'est nous qui le construisons. Certains spectateurs refusent peut-être de se positionner en prenant partie pour tel personnage contre l'autre. Françon nous oblige à voir le tout en interpellant notre conscience : la mort des protagonistes n'est pas seulement le fruit d'une interaction qui dysfonctionne dans la famille, dans le couple. Elle est le résultat d'un système que nous élaborons par nos lâchetés et notre désir de nous laisser aller à des facilités. Celles-ci reviennent à nier la complexité de l'être humain, à ne plus le voir comme un sujet en construction à partir de son inconscient.
A la sortie de « Si ce n'est toi », je rencontre un jeune couple d'enseignants. Autour d'un verre, nous échangeons sur ce théâtre qui bouleverse. À notre façon, nous avons entendu Bond et Françon : ensemble, loin des clichés et autres schémas réducteurs, nous échangeons, nous construisons, nous évoquons nos ressentis. Pour maintenir vivante la conscience humaine.


Pascal Bély
www.festivalier.net

Pour revenir à la page d’accueil, cliquez ici.

Le  bilan du Festival d’Avignon 2006, c’est ici!
Par thématiques, les articles du Festival d’Avignon:
« Les sublimes »
« Le théâtre des maux ».
« Les mondes enfermants »
« Les hors-jeu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *