Le Pavillon Noir des Ballets Preljocaj sait promouvoir ses productions et créer des partenariats pour être le lieu ?incontournable? de la danse. C'est ainsi que la chorégraphe brésilienne Ivani Santana a bénéficié d'une résidence à Aix en Provence et le privilège de s'immiscer dans la programmation du festival des cultures électroniques, ?Seconde Nature?. Avec un tel déploiement de moyens, nous attendions une création originale, ?multi ? dimensionnelle ? qui unit ?danse et nouveaux médias? comme le proclame la plaquette. Au final, c'est un spectacle zapping, sans fil conducteur, qui finit par procurer une migraine tenace à force de prendre le spectateur pour un sujet passif, docile, dépendant de l'image, du son et des formes sans sens. Car ?le moi, le cristal et l'eau? est avant tout un espace d'expérimentation pour la chorégraphe, où les danseurs ne sont que des faire-valoir, où le public, même présent sur scène, n'est qu'un élément du décor, quand il n'est pas filmé par des caméras de surveillance ou de télé réalité.
Ivani Santana ne sait plus ce qu'elle veut nous dire, trébuche dans les fils de ces connexions sans but, tourne en rond avec ses jouets téléguidés qui se cognent de partout, cherche LA scène et réussit par se perdre dans ce Pavillon Noir inadapté à la complication de son propos. Rien n'est creusé, tout est survolé. On change de territoires comme de chemises qui finissent toutes par s'étendre sur une corde à linge, au fond des gradins (sic). On délimite des petits espaces de danse pour systématiquement en brouiller la visée en provoquant une curiosité à l'autre bout de la scène.
Ivani Santana confond le multi ? dimensionnel avec la multiplication des cases. Le résultat est désolant et confirme ce que nous pressentions déjà: la saison 2007 ? 2008 du Pavillon Noir prend l'eau et le reste de la programmation ne la sauvera pas du naufrage. Tout au plus, le répertoire des Ballets Preljocaj suffira à remettre à flot un navire unidimensionnel.

Pascal Bély
www.festivalier.net

?????? «le moi, le cristal et l'eau » d’Ivani Santana a été joué le 15 septembre 2007 au Pavillon Noir dans le cadre du Festival « Seconde Nature ».

 

Ps: Puisque le Pavillon Noir est incontournable dans l'articulation danse ? culture électronique, on évitera de se perdre une fois de plus dans un puits sans fond lors d'?Eldorado?, dernière création des Ballets Preljocaj, présenté le 21 septembre. Le compte-rendu est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *