Ainsi va la vie culturelle en région PACA…
Après la disparition de « Danse à Aix », la programmation sans surprise du Toursky à Marseille, les précautions du Théâtre des Salins de Martigues pour un public effrayé par son ombre (!), le chanteur Florent Marchet (ou du moins son producteur) décide d’annuler la résidence qu’il avait prévu à Cavaillon dès janvier 2006. J’avais pas mal d’attentes après son beau premier album et ses prestations réussies aux "Correspondances de Manosque". Il avait prévu de préparer son deuxième album à Cavaillon.
Ci-joint les explications de Jean-Michel Gremillet, directeur de la Scène Nationale de Cavaillon :
« En créant il y a une dizaine d’années les résidences de création chanson, l’un des objectifs du Ministère de la Culture était de créer les conditions d’un dialogue entre public et privé, entre des théâtres comme le nôtre, et des producteurs dont les logiques sont souvent plus industrielles que culturelles. La résidence que nous avions imaginée début 2005 avec le chanteur Florent Marchet et son producteur était pleine de ces utopies qui auraient séduit un large public. Mais voilà, la seule dynamique de la Scène nationale n’aura pas suffi, et nous avons fini par renoncer.
Ce n’est sans doute pas un hasard si c’est le même producteur qui nous a privé, avec une trentaine d’autres villes, et sans raison véritable, de la venue de la chanteuse Camille.
Un autre hasard ? Le Ministère de la Culture vient de décider de transférer au Centre national des variétés, un organisme privé, les fonds attribués aux résidences chanson. Le service public de la culture traverse une drôle d’époque
 ».
Cette annulation s’inscrit dans des difficultés de positionnement de la Scène Nationale de Cavaillon. Les baisses de subventions ont entraînées l’annulation de certains spectacles dans un environnement politique local et national délétère. Ce contexte conduit le directeur de Cavaillon dans l’excés quand il affirme que le Centre National des Variétés est un organisme privé! C’est faux! Le CNV est un EPIC (Etablissement Public Industriel et Commercial au même titre que Météo France). Ce raccourci vise à faire croire aux spectateurs de Cavaillon que Florent Marchet ou Camille seraient vendus aux lois du marché! Il n’en ai rien comme en témoigne les statuts du CNV:
« Le CNV est un établissement public industriel et commercial, placé sous la tutelle du ministre chargé de la Culture.
Il a pour missions principales de soutenir les entreprises de spectacles, sur les fonds collectés par la taxe sur les spectacles de variétés, de développer des activités commerciales dans l’intérêt collectif de la profession, et de mettre en oeuvre un Centre de Ressources sur l’environnement artistique, économique, social, technique et patrimonial du spectacle vivant dans le secteur de la Chanson, des Variétés et du Jazz. ».
A la rubrique « aides accordées », vous aurez la surprise de constater que le CNV aide de nombreux artistes souvent confidentiels (tel le bien nommé Nicolas Bacchus) et des lieux de spectacles. La Scène Nationale de Cavaillon n’a donc pas pour mission d’aider la production musicale; elle n’a pas le rayonnement national qui permettrait à Florent Marchet d’assurer la promotion de ce deuxième album.
Il faut peut-être arrêter de se moquer du public. Celui-ci peut très bien mener ses investigations (via l’Internet). Le départ présumé de Florent Marcher pour le CNV semble être cohérent avec son parcours et son projet. Il n’allait tout de même pas s’enfermer dans un théâtre militant pour spectateurs acquis aux logiques anti- industrielles !  

A lire: Florent Marchet donne aux correspondances de Manosque ses lettres de noblesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *