Comment relier « insideout » par Sacha Waltz à «Cruda. Vuelta y vuelta. Al punto. Chamuscada» de Rodrigo Garcia, deux oeuvres vues dans la même soirée ? C’est un exercice d’autant plus délicat que je sors de la première proposition déstabilisé et que la deuxième m’attend sans me donner la moindre occasion de souffler un peu ! Si Sacha Waltz me propose un nouveau positionnement dans ce monde chaotique, Garcia me le sert sur un plateau, avec les bruits, les odeurs et la pensée qui va avec. Mon cerveau n’a plus qu’à se laisser porter d’autant plus que je connais Rodrigo Garcia (peut-il encore me surprendre après « L’histoire de Ronald, le clown de McDonald’s » et « Borges + Goya ») et ses propos sur la place de l’humain dans la mondialisation.
file-2706W.jpg
Ici en Avignon, le public est sagement assis et le restera. Point de provocation comme en mars 2006 où nous étions un des éléments du décor avec « Borges + Goya ». Point d’humiliation comme en 2004 où les corps n’étaient qu’une marchandise à l’heure de la malbouffe pilotée par McDonald’s. Ce soir, Garcia nous propose une (jolie) forme plus classique (le comédien Juan Loriente accompagné des « murgueros » de Buenos Aires, groupe carnavalesque) où la danse, la musique, les effets spéciaux servent la pensée toujours aussi torturée de Garcia sur l’évolution du monde à l’heure de la globalisation. Ici, il prend le temps de ce centrer sur ses personnages, laisse dans un premier temps le groupe s’exprimer comme force de contestation sociale. Le corps n’est plus un exutoire où l’on n’y jette que de la nourriture, mais une forme artistique à part entière (comme si Garcia se découvrait un tout petit peu chorégraphe), quitte à le mettre sous célophane ou créer une ambiance de fin du monde. Il peut alors distiller sur l’écran vidéo ses messages répétitifs, mille fois lus et entendus avec quelques attaques nauséabondes. Il s’en prend à la psychanalyse, thérapie pour petits bobos de bobos. Il catalogue ainsi des milliers de patients dans la case des acheteurs d’Ipod (ceux qui perdent une demie-journée pour choisir le bon modèle). Garcia ignore les raisons qui guident vers l’analyse, mais est-ce si important ? La démagogie ne supporte pas la psychanalyse, celle qui rend les individus autonomes, libre de penser. Garcia préfère asséner les amalgames, profitant du pouvoir que lui confèrent la scène et sa réputation. D’ailleurs, il n’hésite pas à détourner la psychanalyse en projetant sur l’écran vidéo des photos des enfants des « murgueros » (et leur zizi…) pour les faire parler sur leur paternité ! La ficelle est tout de même un peu grosse. Cela dit, il nous a évité le pipi – caca.
file-0992W.jpg
Le groupe finit pas s’effacer pour aller prendre sa douche et récupérer des codes vestimentaires plus acceptables. Avec son comédien fétiche, Juan Loriente, Garcia reprend vite la main pour nous décrire un Nouveau Monde qui réagirait de la même manière qu’une vache qui ne retrouverait pas ses veaux, partis à l’abattoir.  C’est drôle, caricatural, enfermant. Alors que le groupe se reforme autour d’un corps qui se carbonise tel un enterrement, je suis stupéfait par cette vision de notre avenir. L’art ne sert que les théories (fumeuses) de Garcia. Il se trouve que la forme a de l’allure. Pour le fond, cette nourriture est un peu dure à avaler, mais finalement facile à digérer.
Pascal Bély
www.festivalier.net

 « Cruda. Vuelta y vuelta. Al punto. Chamuscada » de Rodrigo Garcia a été joué le 13 juillet 2007 dans le cadre du Festival d’Avignon.

Crédit photo: © Christophe Raynaud de Lage/Festival d’Avignon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *