De nouveau au Théâtre Toursky à Marseille pour « Comedia Tempio » du Chorégraphe et futur Directeur Associé de l'édition 2006 du Festival d'Avignon, Joseph Nadj. J'arrive toujours un peu à l'avance pour ressentir le public. Je ne suis jamais déçu par ce que j'entends, c'est parfois le spectacle avant l'heure! Dans ce flot de paroles, surgit une perle: « Oh ! Quel est le spectacle ce soir ? Je ne sais même pas ce que je vais voir (rires)?c'est tout le problème de l'abonnement?comme il faut cocher des cases, à force?l'on ne sait plus ». Incroyable ! La culture est réduite à une quelconque marchandise ; l'abonnement est son emballage?
Soudain Joseph Nadj entre sur scène?comme un homme désarticulé et me voilà rapidement plongé dans cet univers de folie que le décor en planches de bois ne fait que renforcer. Puis un bruyant collectif modèle le décor à coup de chaises et de bouts de bois. C'est tendre, drôle, surprenant…J'en perds le fil de voir toutes ces formes se faire et se défaire. L'histoire perdrait-elle de son sens ? Jamais avec Joseph Nadj ! Ce qui prend sens c'est comment mon ressenti, mon vagabondage imaginaire fait l'histoire ! Et pour le coup, je fais de « Comedia Tempio » une histoire d'amour, enjolivée par la comédie des hommes, où la guerre menace, où la religion avec ses rites nauséabonds rend impossible. Joseph Nadj réveille tout à la fois mon regard d'enfant, ma créativité et ma conscience européenne. En effet, « Comedia Tempio » pourrait être aussi la métaphore d'une histoire d'Europe?
Comment qualifier cette danse où les corps se muent dans le décor, où les acrobaties sont autant de mouvements chorégraphiques. Joseph Nadj a du génie pour traduire par le corps et la mise en espace, la bataille pour la vie. « Comedia Tempio » est donc un hymne à la vie ; le dernier tableau où l'homme se transforme devant une fontaine, se désarticule à nouveau comme un oiseau, donne à l'?uvre de Joseph Nadj une force symbolique qui dépasse la réalité. Ce n'est plus un spectacle de danse.
Seul, debout, j'acclame cette magnifique troupe. Assis, le public du Toursky applaudit chaleureusement. L'ovation n'est pas prévue dans l'abonnement.


En tournée :
Les 28, 29 et 30 avril à Barcelone (Mercat de les Flors)
– Le 12 mai 2006 à Bourges (Maison de la Culture).
A lire sur le même sujet :
« Last Landscape » de Joseph Nadj: l’autoportrait des festivaliers?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *